La Fondation des Femmes, une nouvelle actrice sur qui compter

Par Fondation des Femmes, le 08 mars 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

A l’occasion de la journée internationale des droits de la femme, la toute nouvelle Fondation des Femmes lance sa première campagne. Chaque 8 du mois, donnez 8€ pour faire avancer les droits des femmes.

« Les femmes ont un plan machiavélique de conquête de l’univers. » Le mot est de Chloé Ponce-Voiron. Pour rire. Au lancement de la Fondation des Femmes, le 3 mars dernier à la Mairie du 3e arrondissement de Paris, la metteuse en scène a rappelé avec humour toutes les difficultés qui pèsent encore sur les femmes militantes. Notamment la vision toujours machiste de ces femmes « qui veulent prendre le pouvoir pour mieux vaginiser le monde. »

Un lancement réussi

Anne-Cécile Mailfert a réitéré la raison d’être de cette nouvelle actrice sur qui les femmes peuvent compter. « La Fondation est née de la frustration et de la colère, a-t-elle expliqué, face au manque d’outils et d’information, et face au constat que les années passent, sans que les inégalités ne reculent. » Les mots sont forts, et les formules choc : « Quand elles sont supposées être partout, les femmes ne sont en réalité nulle part. » ; « Ce ne sont pas elles qui sont fragiles, ce sont leurs droits. »

Abritée par la Fondation FACE, la Fondation des Femmes, loin de faire à la place des associations, vise à les appuyer et à leur donner les moyens qu’elles n’ont pas assez. « Trop souvent, les femmes sont opposées, a-t-elle conclu. Le temps de la sororité est venu et tous les hommes sont les bienvenus. »

La Fondation s’est dotée d’un conseil scientifique qui prendra la température du secteur et d’un comité exécutif composés de personnalités engagées, présentes à la soirée de lancement, comme Geneviève Garrigos, la célèbre présidente d’Amnesty International France. Elle a aussi une commission juridique, qui mènera pro bono deux missions : assister les associations dans leur quotidien et leurs actions de plaidoyer, mais aussi faire avancer l’égalité des droits des femmes.

Beau moment dans cette soirée, les résidentes de l’association FIT, Une femme un toit, ont fait une surprise en musique à leur présidente Marie Cervetti. La militante a fait ce triste constat : les centres d’accueil comme celui du FIT sont trop rares, et disposent de trop peu de moyens.

Deux femmes ont conclu ces discours de lancement. Delphine Ernotte, présidente de France Télévisions, a fait part de sa reconnaissance à Anne-Cécile Mailfert et son équipe pour leur combat, comme la Ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes, Laurence Rossignol. « Vous arrivez à assurer la fusion des générations et la transmission du féminisme », a-t-elle affirmé.

Le 8 mars, une journée de sensibilisation

La Fondation lance aujourd’hui sa première campagne, pour inciter le public à donner 8€ tous les 8 du mois. Avec une idée-force : pour aider la Fondation des Femmes à agir concrètement, il faut faire durer le 8 mars toute l’année !

Nous avons interrogé Anne-Cécile Mailfert quelques jours après ce lancement sur les enjeux de cette journée. « Bien sûr, nous lançons notre campagne. Mais c’est un prétexte pour parler de deux problématiques qui nous sont chères. Les violences faites aux femmes, d’abord. La mobilisation citoyenne autour de Jacqueline Sauvage a montré que le public est sensible à ces violences qui ne reculent pas, comme le nombre de morts sur nos routes. Ça ne peut plus durer !

Les inégalités dans l’univers professionnel sont un autre pan important de leur action à venir. « Etre autonome, se réaliser : les difficultés pour les femmes ne résident pas dans le taux d’employabilité – elles travaillent dans leur grande majorité – que dans le type d’emploi qu’elles occupent, le respect qu’on leur porte et leur progression possible au travail. »

La militante, très impliquée dans le mouvement Osez le féminisme !, est consciente qu’une grosse responsabilité pèse sur les épaules de la Fondation. « Les retours sont excellents. Les gens hallucinent qu’une telle initiative n’ait pas déjà existé ! On a tout l’enthousiasme et la motivation nécessaires pour faire bouger les choses ! ». On lui souhaite la bienvenue !

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Fondation des Femmes !

Je découvre toutes
ses actualités

Close