La faim dans le monde : une décennie pour tout changer

Par Action contre la Faim, le 16 juin 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

A l’occasion de la Journée Mondiale contre la faim, Etats et associations se mobilisent pour éradiquer la faim dans le monde à l’horizon 2025.

La sous-nutrition, qu’est-ce que c’est ?

Il existe plusieurs sortes de sous-nutrition. La sous-nutrition aigüe apparait lors de famines ou de conflits armés. Chaque année, elle est responsable de la mort de plus de trois millions d’enfants de moins de cinq ans.

La sous-nutrition chronique, quant à elle, correspond à une situation de crise permanente. Les personnes touchées n’ont pas accès à une alimentation suffisante pour se développer normalement. Elle peut avoir des conséquences dramatiques sur les enfants (retard de croissance, difficultés d’apprentissage, risque accru de contracter des maladies).

La sous-nutrition a un coût social et économique très important. Au Malawi, par exemple, elle coûte chaque année au pays 10 % de son PIB. La situation entraine un véritable cercle vicieux. Les enfants qui ont été mal nourris rencontreront des difficultés d’apprentissage, entrainant de mauvaises performances scolaires et donc une moins bonne insertion sur le marché du travail.

Les Nations Unies luttent contre la faim

Le 1er avril 2016, les Nations Unies proclamaient la Décennie d’action pour la nutrition. L’objectif est de mettre un terme à la faim dans le monde, d’ici 2025.

« La nutrition est plus que jamais d’actualité en ce début de 21e siècle, alors que 800 millions de personnes souffrent encore de la faim, que la sous-nutrition est indirectement responsable de la moitié des décès d’enfants de moins de cinq ans, et que le surpoids et l’obésité explosent », précise Anne-Dominique Israël, Référente du secteur Nutrition et Santé pour Action contre le Faim-France. « Des solutions simples et efficaces existent. Cette prise de conscience doit se concrétiser par des financements à la hauteur de l’enjeu », continue-t-elle.

Avant la COP21, l’Organisation des Nations Unies (ONU) avait fixé 17 objectifs de Développement Durable visant à en finir avec la pauvreté d’ici 2030, au deuxième rang desquels nous trouvions l’éradication de la faim.  

La décennie d’action pour la nutrition vient renforcer cette volonté internationale. Cependant, ces déclarations ne doivent pas rester lettre morte. Les Etats doivent désormais prendre des décisions audacieuses pour agir contre la faim. « La Décennie d’action pour la nutrition est une opportunité unique. Nous attendons maintenant des action concrètes de la part des gouvernements », explique Serge Breysse, Directeur du département expertise et plaidoyer d’Action contre la Faim (ACF).

Certains pays n’ont pas attendu les Nations Unies pour lutter contre la faim. Le Brésil, par exemple, a mis en place un programme d’alimentation scolaire nourrissant 43 millions de petits Brésiliens. Cette initiative a permis de diviser par deux le retard de croissance des enfants de 10 ans.

Pour les pays riches, comme la France, cet engagement est avant tout financier. « Le compte à rebours ne sera réellement lancé que si les Etats s’engagent davantage financièrement », détaille Serge Breysse.

En 2015, le Ministère des affaires étrangères et du développement international a initié l’élaboration d’une feuille de route au sujet de la nutrition. L’objectif était d’identifier des axes concrets d’intervention. Ce document est élaboré en concertation avec les acteurs du secteur (Ministères techniques, instituts de recherche, ONG, secteur privé, etc.). Par le biais de son site Internet, Action contre la Faim déplore cependant que la France « s’engage de moins en moins financièrement ».

Action contre la Faim, une mobilisation permanente

Même si la solution devrait venir de l’engagement des Etats, des associations luttent quotidiennement contre la sous-nutrition. C’est notamment le cas d’ACF.

A l’occasion de la Journée Mondiale contre la faim, l’association organise pour la première fois son Fest’Food, une journée pour comprendre les actions de l’association et mobiliser le grand public autour de solutions concrètes pour lutter contre la faim dans le monde. Au programme : foodtrucks, ateliers upcycling, concert etc.

L’association mène également son opération « Compte à rebours pour la vie », dont l’ambition est de récolter un million d’euros pour sauver 20 000 enfants dans le monde. L’opération se termine le 19 juin 2016 à 17h. Pour le moment, il manque encore 200 000 euros pour atteindre l’objectif. Mobilisons-nous !

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Action contre la Faim !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close