L'exemple à suivre : les Suisses disent bye bye au nucléaire

Par l'équipe Oneheart, le 22 mai 2017

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Dans un référendum, 58,2  des électeurs suisses ont approuvé la loi qui remplacera progressivement le nucléaire par des énergies renouvelables. La France suivra-t-elle le même chemin ?

Dimanche, les Suisses ont dit bye bye au Nucléaire, et souhaité la bienvenue aux énergies renouvellables. A 58 %, par référendum, les Suisses ont accepté la nouvelle loi énergétique sur l’abandon du nucléaire au profit des énergies vertes : l’hydraulique, le solaire, la géothermie et la biomasse.

Ce texte, intitulé "Stratégie énergétique 2050", prévoit le remplacement progressif de l’électricité produite par les cinq centrales nucléaires du pays par des énergies renouvelables. Pour y parvenir, la première étape, est de quadrupler la contribution de ces énergies propres à la production de l'électricité nationale, d'ici à 2035. Surtout, le pays s’engage à ne plus construire de centrale. Les centrales existantes pourront toutefois rester en service aussi longtemps que leur sûreté sera garantie.

Ce vote est le résultat d'un long processus engagé après l'accident nucléaire de Fukushima au Japon, provoqué par un gigantesque tsunami en mars 2011. Quelques semaines après cette catastrophe, la Suisse avait décidé de sortir du nucléaire, mais il a fallu attendre toutes ces années pour que la loi, adoptée par le Parlement en septembre 2016, soit entérinée par le peuple. "Pour tous les écologistes, qu'ils soient politisés ou non, c'est un jour historique dans le pays", a déclaré la députée des Verts Adèle Thorens Goumaz à la télévision suisse publique RTS.

Et en France ? 

D'autres pays ont fait le même choix comme l'Allemagne, la Belgique ou l'Italie.

Et en France ? Le nouveau ministre français de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a confirmé jeudi soir l'objectif de faire passer la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75% à 50% à l'horizon 2025, et l'engagement de fermer la centrale de Fessenheim (est). Cette fermeture doit intervenir au moment de la mise en service du réacteur de nouvelle génération EPR de Flamanville, dans le nord-ouest, prévue en 2019. Il a tout fois prévenu que "peut-être que le développement des énergies renouvelables sera plus lent que prévu"

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close