L'association Caracol rassemble Français et réfugiés dans une colocation multiculturelle à Paris

Par l'équipe Oneheart, le 27 octobre 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Pour créer des liens et favoriser les échanges culturels, l’association Caracol, fondée en 2018, a mis en place une colocation entre Français et réfugiés, au sein du 1er arrondissement de Paris.

Une colocation multiculturelle 

Faire cohabiter des jeunes actifs français et des réfugiés dans un même immeuble ? C’est le projet solidaire de l’association Caracol qui développe de nombreuses initiatives pour permettre "l’intégration des nouveaux arrivants en France". Le 5 octobre dernier, 14 Français et 11 réfugiés ont donc pris place dans les appartements rénovés et aménagés du 18 rue Jean-Jacques Rousseau, dans le 1er arrondissement de Paris. 

Des studios rénovés pour accueillir les locataires (©Carlos Alvares / Caracol)

Le principe de cette colocation solidaire est simple : créer des liens multiculturels et favoriser l’insertion sociale des personnes réfugiées. « Nos colocations offrent la possibilité à des personnes aux cultures et parcours différents de construire ensemble un projet de co-habitation confortable et enrichissant », explique l’association sur son site internet. Pour 25m2, il faut compter 200 euros pour les personnes dites “non vulnérables”, contre 75 euros pour les personnes réfugiées dites "vulnérables". 

Un concept au principe gagnant-gagnant

Dans un environnement "créatif et stimulant", cette colocation multiculturelle repose sur le principe gagnant-gagnant. « En occupant un bâtiment vide, on permet à un propriétaire de faire des économies importantes. Le lieu est entretenu, donc il sera moins rénové par la suite. Surtout, on évite de payer des frais de gardiennage qui ne servent à rien : on paye pour maintenir un bâtiment vide », dévoile Simon, l’un des colocataires et membre de Caracol dans une interview donnée au média Konbini.

Comme dans une colocation habituelle, des règles de vie commune ont été instaurées. Les habitants de cette colocation solidaire s’engagent à adopter des gestes
éco-responsables : le tri des déchets, l’économie d’énergie, l’adoption de mobilités douces telles que le vélo ou la trotinnette. Pour vivre dans cette colocation, la seule condition à remplir est d’avoir un revenu fixe : « Cela peut être un RSA » a précisé Elisa Desqué, responsable du développement de l’association Caracol. À la fin de l'année 2021, l'immeuble parisien fera l'objet d'une réhabilitation pour en faire des logements sociaux.
L'association Caracol ne veut pas s'arrêter là. Elle cherche actuellement d'autres immeubles vides pour accueillir des colocations solidaires dans Paris. 

 

Par Léa Bourgoin

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à propager savoir, art et beauté

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close