L'Algérie délaisse le gaz de schiste pour les énergies renouvelables

Par l'équipe Oneheart, le 23 mai 2017

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Une bonne nouvelle pour l'environnement. Fin avril, l’Algérie a décidé d'enterrer ses projets d’exploration de gaz de schiste, au profit d'un développement de ses énergies renouvelables. 

Décidément, le renouvable a la côte et c'est tant mieux. Hier, nous annoncions que la Suisse comptait remplacer le nucléaire par des énergies vertes. L'autre bonne nouvelle nous vient d'Algérie. Noureddine Boutarfa, ministre de l’Énergie, a anonncé, fin avril, que le pays abandonnait ses projets d'exploration de gaz de schiste au profit du développment des énergies renouvelables. 

Le peuple a été entendu

Une victoire due, en partie, à la mobilisation du peuple. Selon le magazine Reporterre , celui-ci a manifesté en 2015, réclamant la fermeture d'un puit expérimental foré, en juin 2012, dans le bassin d’Ahnet, dans le Sahara. L'inquiétude des manifestants reposait essentiellement sur les conséquences de la fracturation hydraulique. Cette technique, utilisée pour exploiter le gaz de schiste, engendrerait une énorme consommation d'eau, l'utilisation de produits chimiques et les risques de pollution des nappes phréatiques qui en découlent.

En plus d'avoir un impact négatif sur l'environnement, l'option gaz de schiste ne serait pas indispensable à l'Algérie. "L’Algérie n’a pas besoin actuellement de gaz de schiste", a admis le ministre, qui a décidé de se contenter des hydrocarbures et, mieux, de miser sur les énergies renouvelables. Le gouvernement veut en effet multiplier par 4 la production d'électricité d'origine renouvelable, notamment grâce à la construction d'un "mégaprojet de plus de 4 000 mégawatts en solaire photovoltaïque".  

Et en France ? 

Pour rappel, les députés français ont voté, mercredi 25 janvier, l’interdiction totale d’exploration et d’exploitation des gaz et huiles de schiste. Reste à savoir quel sera le sort de ce texte sous la prochaine législature, sachant que le Président Emmanuel Macron et Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, se sont prononcés pour le maintient de cette interdiction.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close