CJbVZFul S. a rejoint la communauté.

Jean Reno et Luc Besson au service des océans

Par Expédition MED, le 14 mars 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

L’ONG Expédition MED a lancé depuis quelques jours une campagne de communication particulièrement inventive afin de sensibiliser le public à la question de la pollution plastique marine.

Plongée en eau trouble

Tout le monde a encore en tête la fin du Grand Bleu. Pour servir sa cause, l’ONG Expédition MED, luttant contre la prolifération des plastiques dans les océans, vient de détourner le dénouement tragique du film de Luc Besson dans deux clips vidéo (liens en bas de page).

Ces vidéos chocs accompagnent la campagne « Stop Plastic in the sea » visant à lancer une Initiative citoyenne européenne (ICE) pour que la Commission Européenne élabore « une réglementation plus ambitieuse sur ces déchets pour éviter leur présence en mer ».

La Méditerranée, future mer morte ?

Le grand public est aujourd’hui de plus en plus sensibilisé à la question des plastiques dans les océans. Nous connaissons depuis près de 20 ans l’existence du continent plastique dans l’Océan Pacifique.

Bien que les gouvernements légifèrent de plus en plus sur le sujet, « une étude de décembre 2014, basée sur des mesures provenant de vingt-quatre expéditions dans l’océan mondial, estime la présence d’un minimum de 5,25 trillions de particules de plastiques correspondant à une masse 268 940 tonnes », dévoile Expédition MED.

L’ONG explique que « cette surabondance de déchets cause chaque année la mort d’un million d’oiseaux de mer et de 100 000 mammifères marins. Qu’ils soient capturés ou piégés par des filets et autres déchets plastiques ou qu’ils ingèrent des microplastiques par confusion, tortues, baleines ou lions de mer sont victimes de cette pollution. Les plastiques dérivants peuvent, en plus, détériorer les coraux et les invertébrés marins. Ils favorisent également la mobilité d’espèces invasives, et donc la possible destruction progressive de tout un écosystème. »

Expédition MED a estimé qu’en 2010,  il y avait « plus de 250 milliards de micro fragments de plastiques flottants en mer Méditerranée. Pour être plus précis, cette étude a recensé par endroits des concentrations de 110 000 microplastiques flottants au km2 ».

Quelles conséquences ?

L’ONG précise qu’il n’existe pas à ce jour d’étude sur « l’impact réel de cette pollution sur la mortalité des poissons et des réserves halieutiques en général » et qu’il « serait particulièrement utile de diligenter une étude permettant de mesurer cet impact.

De plus, l’homme n’est pas épargné par cette pollution de la mer puisque, en haut de la chaîne alimentaire, il peut manger des espèces contaminées par l’ingestion de plastique, notamment des microplastiques dans les tissus qui ont été découverts dans des proportions inquiétantes. »

L’appel à la mobilisation

« Devant ces constats inquiétants, demande Expédition MED, nous exhortons l’Union Européenne à bâtir une réglementation solide, ambitieuse et exhaustive sur la question des déchets plastiques pour préserver notre environnement marin ». L’ONG souhaite réunir un million de citoyens européens à soutenir sa démarche. Elle fait 14 propositions pour faire changer la réglementation européenne en matière de traitement des déchets plastiques.

« Si l’importance de traiter spécifiquement du sujet des déchets plastiques n’est plus à démontrer, conclut Expédition MED, seule une approche globale et variée en fonction des différentes et nombreuses applications en plastique, ciblant toutes les problématiques de la question, permettra de créer un droit effectif en mesure de réduire la pollution engendrée par de tels déchets. »

Nous pouvons sauver les mers, les océans, les oiseaux, les animaux, les écosystèmes marins… A nous de jouer ! Signons la pétition.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Expédition MED !

Je découvre toutes
ses actualités

Close