Ils ont parcouru 800 km à pied et récolté les masques jetés au sol

Par l'équipe Oneheart, le 30 mars 2021
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

L’un est marseillais d’origine, l’autre anglais mais marseillais d’adoption. Ils partagent tous deux l’amour de la cité phocéenne et la volonté de respecter son environnement. Ils veulent sensibiliser les jeunes et les moins jeunes en créant une routine : ramasser un déchet par jour. Ils ont récemment parcouru 800 km à pied en suivant la ligne TGV Marseille-Paris, pour ramasser les masques laissés à terre et intervenir partout où on voulait bien les écouter. Nous avons interviewé Eddie Platt qui nous a répondu avec son franc-parler et son humour "british" bien marqué !

 

Ramasser un déchet par jour, un objectif de vie

Alors qu’il marchait dans sa ville natale en Angleterre, Leeds, Eddie tombe sur une canette de Coca-Cola. Une de trop pour lui. Ce fut le déclic. Il nous décrit la scène : « Je ramasse la canette, je fais un selfie pour Facebook et je la poste en écrivant : « À partir de maintenant, je ramasse #1dechetparjour pour le reste de ma life ». Il habitait déjà Marseille et en était déjà tombé amoureux mais il était horrifié par le décalage entre la beauté de la ville et la saleté des rues, des plages et des côtes. Cette canette a été décisive pour passer à une action militante. Depuis, il ramasse au moins un déchet chaque jour et avant de le jeter à la poubelle, fait un selfie qu'il poste sur Instagram ou Facebook.

Pour Eddie, il était important de pouvoir être une source d'inspiration. Il nous raconte qu’un de ses amis lui a dit un jour : « Si tu arrives à ce que les Marseillais ramassent aussi, tu seras mon Dieu ». « Être le Dieu de quelqu’un, voila un projet qui m’emballait ! » confie-t-il. Il a donc créé une structure associative, 1 Déchet ParJour, qui est rapidement devenue une initiative citoyenne, dupliquée partout en France. Le concept est très simple : que chacun ramasse au moins un déchet par jour, pour rendre nos rues et nos villes plus propres

 

Résumé du concept de l'action citoyenne 1DechetParJour - © 1DechetParJour

 

800 km de marche pour sensibiliser à la pollution

Avec son ami Frédéric Munsh, qui a lui passé son enfance dans les collines de la cité phocéenne, il décide de parcourir les 800 km qui séparent Marseille de Paris, afin de nettoyer la France et sensibiliser à la pollution sauvage. Quand ils entament leur marche en octobre 2020, la pandémie de Covid-19 est bien répandue et les sols sont jonchés de masques. L’ONU avait alerté en juillet 2020 du danger des masques jetés : « 75% des masques jetables risquent de se retrouver dans des décharges, ou dans les mers et donc constituer un risque de sur-pollution car le polypropylène, matière plastique constituant les masques à usage unique n’est pas biodégradable ».

Eddie et Frédéric se lancent ainsi dans un parcours de huit semaines le long de la ligne TGV reliant Marseille à Paris, pour ramasser tous les masques qu’ils trouvent à terre. En guise de bâton de pèlerin, un manche à balai, sur l’épaule, pour stocker leur récolte de masques. Au total, ce sont presque 6 000 masques qui ont été ramassés

 

1-dechet-par-jourEddie et Frédéric ramassent les masques qui jonchent le sol - © Jeremie Stadler

Ce périple est aussi et surtout une opération de sensibilisation auprès de toutes celles et ceux qu’Eddie et Frédéric croisent, qui acceptent de les prendre en auto-stop ou qui les hébergent. Ils s’invitent ainsi dans les foyers, mais aussi dans les écoles et les collectivités locales pour sensibiliser le plus grand nombre. Convaincre de l’utilité d’un geste minimum : 1 déchet par jour pour éviter à la terre d’être polluée.

 

Par Anne-Sophie de Monès

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close