Il crée de nouveaux signes pour les mots scientifiques

Par l'équipe Oneheart, le 10 octobre 2019
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Le Dichlorodiphényletrichloroéthane est un pesticide interdit en Europe. Avez-vous lu tout le mot ? Probablement pas. Les termes scientifiques sont souvent difficiles à lire et à prononcer, mais ils le sont encore plus lorsqu’ils sont transcrits en langue des signes.

C’est pour cette raison que Liam Mcmulkin, étudiant britannique en Sciences de la vie et sourd depuis la naissance, a inventé un nouveau moyen de communication pour les étudiants et les scientifiques sourds et malentendants.

La dure réalité

Comme tous les étudiants de première année, Liam était anxieux à l’idée de réussir à tenir la cadence effrénée de l’université. Il avait également peur de ne pas pouvoir suivre correctement les cours à cause de sa surdité. 

Même s’il existe des traductions du vocabulaire scientifique en langue des signes, le lexique est relativement limité pour un usage universitaire. Liam est de plus en plus frustré par les interprètes qui doivent épeler, lettre par lettre, de longs mots complexes. 

Regarder les interprètes pendant une heure de cours est très fatiguant. Il y a beaucoup de nouveaux mots et des mots scientifiques qui sont souvent très longs, comme ‘désoxiribonucléotide’ et ‘désoxiribonucléoside’ ”, raconte-t-il à la BBC.


Une contribution majeure 

Liam a finalement décidé de développer un nouvel ensemble de signes pour lui et les prochains étudiants en sciences. A ce jour, il a créé plus de 100 signes pour des mots scientifiques qui ont officiellement intégré la langue des signes britannique.

Pour le Docteur Marios Stavridis, chercheur principal à la School of Life Sciences de l’Université de Dundee, les efforts de Liam sont d’une importance capitale pour le futur apprentisage des sciences : “Grâce à ces signes, Liam et d’autres étudiants sourds seront capables d’accéder aux sciences à un tout autre niveau”.



Crédit : University of Dundee

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à bannir toutes les misères du monde

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close