Grâce à des chercheurs français, un nouvel espoir pour les personnes souffrant d'Alzheimer

Par l'équipe Oneheart, le 22 décembre 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Des souris ont retrouvé la mémoire après que des chercheurs leur ont injecté de l'interleukine-2, une molécule du système immunitaire. Un nouvel espoir pour les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer.

900.000 Français sont atteints d'Alzheimer, une pathologie qui altère la mémoire, et ce nombre augmente chaque année. Un espoir de juguler cette maladie dégénérative est cependant en train de voir le jour. Des chercheurs français de l'Inserm et du CEA (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) ont récemment fait une découverte très encourageante.

Soigner grâce à l'immunothérapie

Ces scientifiques, qui viennent de publier leur étude, ont travaillé sur l'immunothérapie. Ils ont d'abord découvert que  la molécule du système immunitaire, l'interleukine-2, diminuait dans le cerveau des malades Alzheimer. Or, cette substance est nécessaire pour diminuer l'inflammation cérébrale liée à la maladie. Ils ont alors injecté cette molécule à des souris touchées par une maladie comparable à Alzheimer.

Bientôt des tests sur l'homme

Les résultats sont impressionnants. Au bout de quelques semaines, les souris ont retrouvé la mémoire. Les plaques, qui créent une sorte de "glue" dans le cerveau d'un malade d'Alzheimer ont commencé à disparaître. Dans le même temps, les connexions neuronales se sont reformées.

Les tests sur l'homme ne devraient pas tarder. En effet, cette molécule est déjà expérimentée dans d'autres maladies et plutôt bien tolérée par les patients. Les études dans le cadre d'Alzheimer pourraient débuter dans moins de cinq ans.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à combattre la maladie

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close