Génocide au Burundi : la campagne s'inspire d'Hollywood pour alerter le public

Par l'équipe Oneheart, le 16 novembre 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Sensibiliser le public au risque de génocide au Burundi. Voilà l'objectif de la campagne #StopThisMovie, lancée par la FIDH, le Mouvement mondial des droits humains. 

Le procédé est original et efficace. La campagne prend la forme d'une bande annonce d’un film fictif, "Génocide au Burundi, le seul film dont il faut empêcher la sortie". Elle rappelle les nombreux films qui relatent les tragédies africaines : Hôtel Rwanda, Le dernier Roi d’Écosse, Johnny Mad Dog.

La violence au Burundi n'est pas du cinéma

Le but est clair : "En utilisant les codes du cinéma, un média qui parle au grand public, nous voulons interpeller le plus grand nombre. La descente aux enfers du Burundi n’est pas hollywoodienne, elle est bien réelle. Nous devons agir avant qu’il ne soit trop tard et nous mobiliser pour faire stopper l’entreprise criminelle en cours dans le pays", a déclaré Dimitris Christopoulos, président de la FIDH.

Et pour cause : Pierre Nkurunziza, l’actuel président du pays a plongé le Burundi dans la violence. La répression, qu'il a instauré depuis avril 2015, s’intensifie sans cesse. Le 22 septembre, un rapport de l’ONU a même utilisé le terme lourd de sens : "génocide". Même s'il n’a pas encore eu lieu, "tous les instruments, tous les indices d’une dérive génocidaire sont là", rapporte Florent Geel, qui couvre le continent africain pour la FIDH, au journal Libération.

Une pétition en ligne

La bande annonce est présentée sur le site AlloCiné et diffusée, pendant une semaine, dans de nombreux cinémas français, comme un trailer classique. 

À la fin, les internautes sont invités à signer une pétition. Rédigée par Anschaire Nikoyagize, président de la ligue ITEKA (organisation de défense des droits humains au Burundi), elle est un appel au secours demandant à l’Union africaine et aux Nations unies le déploiement d’une force de maintien de la paix. Et ce, pour mettre fin aux crimes commis et éviter un éventuel génocide.

Pour voir la vidéo dans son intégralité et/ou signer la pétition, cliquez sur les liens ci-dessous.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à reconstruire après la tempête

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close