Fondation ELLE : Inde-Disha, une enfance retrouvée

Par l'équipe Oneheart, le 22 février 2015

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

C’était le 21 novembre 2007, quelques jours avant le troisième anniversaire de la Fondation ELLE. Karine Guldemann, notre déléguée générale, et moi-même, rencontrions pour la première fois Elisabeth Bernard.

Journaliste, photographe, et même comptable dans une autre vie, Elisabeth Bernard consacrait six mois de l’année, en tant que bénévole à la retraite, à une ONG indienne. Elle nous avait  raconté le calvaire des femmes qu’elle soignait, battues, parfois brûlées ou défigurées à l’acide par une belle-famille déçue par une dot insuffisante. Elle nous avait également parlé de ces petites filles qui vivent dans la gare de Bénarès, ville sainte où des millions de pèlerins passent chaque année.

Elisabeth Bernard voulait agir pour ces enfants laissés à l’abandon, en proie à tous les dangers, et elle voulait le faire avec la Fondation ELLE. C’est ainsi qu’est née la Maison Disha, le « chemin » en sanskrit, le chemin vers une nouvelle vie, vers une enfance retrouvée.

En 2009, la Maison Disha ouvrait ses portes sur les rives du Gange.

Six ans après, Elisabeth se remémore avec émotion l’arrivée des premières pensionnaires : dénutries, illettrées, souvent droguées, « des ombres d’enfants ».

Elles sont aujourd’hui 25, entre 6 et 18 ans, à vivre une enfance qui leur était refusée. Dans cette maison remplie de rires, d’amour et de joie, ils sont nombreux à prendre soin d’elles au quotidien : il y a d’abord les mataji Savitri et Shashikala, ces mamans de substitution présentes de jour comme de nuit, les trois gardes, que les jeunes filles appellent « uncles », qui assurent la sécurité du bâtiment, le tailleur Mohammad Ali, qui leur enseigne la couture deux fois par semaine, Sarita, la cuisinière, qu’elles aiment autant que ses petits plats, Nitu et Anand, qui proposent un soutien scolaire chaque soir, Sarita, la psychologue, Deepak, le professeur d’informatique, et enfin, Pandit Mataprasad, le maître de danse, une discipline qu’elles adorent.

Elisabeth Bernard fait la promesse à chaque enfant qu’elle l’accompagnera jusqu’à ce qu’elle soit prête à prendre son envol. La plus jeune a 6 ans.Disha a besoin de soutiens. Vous pouvez les aider en devenant parrain ou marraine de Pinky, Asha, Sapna, et toutes les autres.


Chloé Fréoa

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à faire du deuxième sexe le sujet numéro un

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close