Face à la pénurie de masques, cette entreprise romanaise fabrique des masques pour le personnel soignant

Par l'équipe Oneheart, le 20 mars 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

La marque française 1083 connue principalement pour ses jeans en coton bio, made in France à moins de 1083 km de chez vous, a, depuis le 16 mars, réorganisé son atelier pour fabriquer des masques de protection à destination du personnel soignant. Une réponse à l'appel du CHU de Grenoble pour faire face à la pénurie de masques de protection liée à la propagation du Coronavirus. Nous nous sommes entretenus avec Thomas Huriez, fondateur de 1083.

 

Où sont fabriqués les masques et pour qui sont-ils ?

Ils sont fabriqués à Romans-sur-Isère dans la Drôme et ils sont à destination des professionnels de santé : médecins, radiologues, infirmiers, ambulanciers, EHPAD, aides à domicile, tous ceux qui sont en contact de personnes âgées, de personnes malades ou potentiellement malades.

 

Comment avez-vous été contactés par les professionnels de santé ?

Les médecins de Romans sont venus vers nous : « On a reçu cette communication du CHU de Grenoble qui nous dit comment faire nos propres masques de secours en attendant de recevoir de vrais masques officiels sauf que nous médecins, infirmiers, radiologues... on ne sait pas coudre, on est occupés avec nos patients, on n’a pas de machine à coudre. Est-ce que vous, 1083, vous pourriez nous aider à en fabriquer quelques-uns ? »

On a reçu 5-6 demandes comme ça lundi soir, mardi matin on a décidé d’arrêter de produire des jeans afin de produire des masques de secours pour le corps médical. On est là de manière transitoire pour fabriquer et distribuer très localement des masques temporaires lavables, en attendant que les professionnels puissent recevoir leur dotation officielle.

 

Comment vous êtes-vous organisés avec vos salariés pour respecter les mesures de distanciation sociale ?

A l’usine, nous sommes quatre au total : il y a une personne pour la coupe et deux personnes en couture, sur 1000 m², donc en terme de proximité on est bien. Il y a une trentaine de personnes qui travaillent à distance, pour informer les gens et gérer les distributions, chacun fait sa petite part.

On manque de capacité de production donc on a des magasins qui nous ont donné du tissu, des Romanais nous ont proposé de faire la logisitique. On a demandé de l'aide à des couturières bénévoles amateures de Romans pour démultiplier les capacités de production. À partir de 10h toutes les 10 minutes il y en a une qui vient... Tout se fait dans les règles de distanciation sociale, on organise tout pour que ce soit le plus productif et en même temps le plus sécurisé possible.

 

Comment sont fabriqués les masques ?

Dans le cahier des charges du CHU de Grenoble, il y a deux couches de tissus : un tissu en coton simple. Le tissu des jeans est trop épais pour que cela puisse nous servir. Par contre, le tissu des poches nous convient, on l'utilise pour la partie extérieure du masque et à l’intérieur, on met un molleton ou de la polaire un peu fine. C’est un magasin de Romans qui s’appelle Décor Discount et de Valence qui nous ont donné tout leur stock de molleton pour qu’on puisse continuer à fabriquer des masques.

 

fabrication-masque-1083

Les masques en tissus sont-ils aussi efficaces voire plus que les masques chirurgicaux en papier ?

Non, ils sont moins efficaces, ils sont plus contraignants, il faut les laver. C’est mieux que rien. On n’est pas des professionnels de santé, nous suivons scrupuleusement les conseils du CHU de Grenoble et les autres CHU se mettent à dire la même chose à leurs médecins : fabriquez vos propres masques en attendant. Ce ne sont pas des masques pour la chirurgie, c’est vraiment un plan B.

 

Suite à votre appel lancé sur les réseaux sociaux, avez-vous reçu beaucoup de demandes ?

Oui, on a reçu plus de 350 demandes ; pour chaque demande, il faut compter entre 10, 100 et 1 000 masques.

 

Peut-on fabriquer soi-même son propre masque en suivant ce guide ? Auriez-vous une recommandation, un tuto à partager ?

Oui, on diffuse ce matin le patronnage en version simplifiée sur notre page Facebook, adapté aux machines à coudre des particuliers. Voici le tuto simplifié

 

Si vous habitez la région, proche de Romans-sur-isère et que vous souhaitez prêter main forte à 1083, contactez-les directement sur leur page Facebook ou écrivez à sebastien@1083.fr.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à combattre la maladie

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close