Elles créent des collants écologiques fabriqués à partir de matières recyclées

Par l'équipe Oneheart, le 01 avril 2021
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Créée il y a deux ans, REV Society est une entreprise française qui fabrique et commercialise en France, des collants faits de matières recyclées et adaptés à toutes les femmes. Nous avons échangé avec Laetitia Paput et Aurore Jacques, les deux fondatrices de la marque REV Society, qui nous dévoilent les dessous de fabrication de leurs collants made in France. 


Une alternative écologique aux collants classiques

En créant REV Society, Laetitia Paput et Aurore Jacques, toutes deux issues du monde de la mode et du luxe, ambitionnent de révolutionner la mode française. Le collant, porté par une grande majorité de femmes, est devenu un produit phare dans les garde-robes. Fabriquée généralement à partir de polyamide (composé synthétique utilisé dans l'industrie textile) issu de la pétrochimie, la paire de collants représente environ 7 000 tonnes de déchets par an. Laetitia et Aurore ont donc réfléchi à une alternative écologique à ces collants classiques : « On s’est rendu compte qu’il y avait un gros souci écologique sur ce produit auquel il n’y avait pas de réponses en France à ce moment-là », nous explique Laetitia Paput, l'une des co-fondatrices de REV Society. 

Après s'être penchées sur le sujet, Laetitia et Aurore ont pris la décision de réaliser des paires en polyamide recyclé à partir de déchets industriels qui est, d'après elles, d'une excellente qualité. En effet, ce polyamide recyclé permet d'économiser du pétrole puisque celui-ci n'est pas réutilisé pour fabriquer les collants REV Society. Selon les modèles de collants, jusqu'à 90% de polyamide recyclé peut être utilisé. Cela permet, entre autres, d’utiliser moins d’eau et d’éviter le rejet de CO2 dans l’atmosphère. « Au minimum, pour les collants qui ont le pourcentage le plus faible de matières recyclées, on va économiser 30 litres d’eau et utiliser 40% d’énergie en moins. C’est évidemment plus important pour les collants qui sont à 90% recyclés », ajoute Aurore Jacques. 

 

Vérifier la qualité grâce à un processus méticuleux

Les collants REV Society sont fabriqués en Italie et en grande partie dans les Cévennes qui est une région historiquement connue comme étant le berceau de la fabrication de collants en France. « À l’époque, il y avait une grosse culture du ver à soie (insecte qui produit la soie à la couleur grège) qui fonctionnait très bien donc naturellement les fabricants se sont implantés dans la région », raconte Aurore. Afin de mettre en vente un collant qui puisse répondre à leurs exigences écologiques, Laetitia et Aurore ont travaillé sur un design qui propose des renforts au talon ainsi qu'à la pointe du pied. Les deux amies ne lésinent pas sur les moyens et utilisent un nylon de qualité supérieure pour créer leurs collants : « On ne fait pas d’économie sur la qualité ! », confie Laetitia. 

Soucieuses de concevoir un produit de qualité qui n'est pas abîmé lors de sa fabrication, les fondatrices de REV Society suivent de très près tout le processus. Cela passe par la teinture, le repassage du collant -qui permet de fixer la forme- et de l'analyse des points d'usure à savoir le talon et la pointe du pied. « Dans les faits, ils sont bien plus résistants parce que la qualité est équivalente au luxe », affirme Laetitia. Concernant le mythe du "collant infilable", Laetitia et Aurore sont catégoriques sur ce sujet : il n’existe pas. « Dire qu’un collant est ultra résistant, c’est un peu bancal comme argument parce que les gens vont enfiler le collant et ne plus y faire attention. Ça reste de la lingerie fine », nous explique Laetitia.

rev-society-collantsLes collants REV Society fabriqués à partir de matières recyclées ©REV Society

 

Un trésor d'ingénierie dont il faut prendre soin

Ce produit que Laetitia qualifie de "trésor d'ingénierie" est en général réalisé avec près de 14km de fil. Il reste très vulnérable tant la quantité et la finesse sont incroyables. C’est donc un produit dont il faut prendre grandement soin. « Certaines de nos clientes ont encore leurs collants achetés l’année dernière et d’autres, au contraire, les ont filés dès la première utilisation. Pourquoi ? Parce que l’enfilage du collant c’est un geste technique. On ne met pas un collant comme on met un jean », développe Laetitia. En effet, pour enfiler vos collants, oubliez la technique dite de "petit saut". Cette dernière, très mauvaise habitude, prise par la plupart des femmes, est à bannir puisqu’elle entraîne généralement des accrochages.

« Il ne faut pas sauter dans le collant. Pour l’enfiler, préférez le geste souvent vu dans les films où la femme “déroule” son collant du pied jusqu’aux hanches. Au-delà de la sensualité du geste, il permet surtout de ne pas l’abîmer », précise Aurore. Concernant le lavage des collants, il est préférable de les insérer dans des filets de lingerie ou dans des taies d’oreillers qui « font très bien l’affaire » et protègeront vos collants. Avec leurs produits, et leurs chaussettes REV Society, Laetitia et Aurore veulent créer quelque chose qui est bon pour la planète et pour les femmes : « Les femmes ne sont pas obligées de souffrir en portant des collants. On peut être bien dans ses habits. Faire des produits pour les femmes, par des femmes et avec elles, c’est très important », explique Laetitia. Pour l'automne hiver 2021-2022, les deux jeunes femmes envisagent des collaborations avec d'autres marques et designers. 

 

Par Léa Bourgoin

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close