Des containers dans le désert, le développement durable selon Wazzaj

Par Evenements COP21, le 14 décembre 2015

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

La population du continent Africain devrait atteindre 2 milliards de personnes en 2050. Si l'investissement dans le développement de services énergétiques de base reste constant, 1 milliard d'africains n'auront pas accés à l'électricité ! L'association Wazzaj apporte une solution efficace et concrète à cet enjeu majeur. 

Le concept : recycler des containers, les transformer en modules autonomes, transportables et implantables dans les villages du Sahel afin d’apporter une solution pérenne aux grandes difficultés que traverse la région.

Tout d’abord, le container permet de développer une surface d’environ 66 m2 de panneaux photovoltaïques au niveau de son toit, et d’ainsi produire de l’énergie stockée et accumulée dans une série de batteries recyclées.

En parallèle, un mobilier modulable, escamotable et des rangements, permettent de mettre en place des postes de travail sous la toiture.

On y trouve notamment : 2 réfrigérateurs congélateur, 1 système de filtrage d’eau, 1 four solaire, 1 atelier mécanique, 1 poste à souder, 1 parabole, 1 télévision, 2 ordinateurs avec internet, 1 imprimante et de nombreux autres équipements.

Wazzaj permet donc : un accès à l’éducation grâce au télé-enseignement, aux soins grâce à la télé-médecine ou encore à la culture. C’est aussi la création de 30 emplois par container permettant aux populations de rester sur leurs terres en participant à l’émergence d’une économie locale décentralisée, basée sur une autonomie énergétique et un accès à l’information globalisée.

L’ambition : faire de l’arc sahélien une oasis de prospérité.

2 jours suffisent pour monter les containers, ils seront ensuite peints et décorés sur place par les artistes et les enfants du village.

Chaque village autofinancera environ 25 % du cout du module (selon les possibilités) grâce aux activités engendrées par le container. Cela représentera une somme de 1000€/an et par village, soit environ 1€/famille et par an, le solde sera financé par les pays subventionneurs.

Après une formation et aidés par l’équipe de Wazzaj, les habitants gèrent le module en toute autonomie, soutenue par une hotline permanente.

Un projet apportant de nombreuses solutions porté par Thierry Reverchon, « un partisan d’une écologie optimiste, de celle qui pousse à l’inventivité et à l’innovation technique, plus qu’à celle qui dresse des constats apocalyptiques contre productifs ».

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Evenements COP21 !

Je découvre toutes
ses actualités

Close