Des consultations psychologiques gratuites pour les jeunes en souffrance

Par l'équipe Oneheart, le 15 mai 2017

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Une expérimentation va être mise en place pour orienter des jeunes de 11 à 21 ans en souffrance psychique vers des psychologues avec douze séances remboursées par l’assurance-maladie.

43% des jeunes de 15 ans et plus seraient  en "situation de souffrance psychologique", selon une étude de l'Unicef, publiée en 2014 et intitulée "Adolescents en France : le grand malaise".

Face à ce constat, une expérimentation, qui a fait l’objet d’un décret paru ce dimanche au Journal officiel,  va être menée dans huit départements afin d’améliorer la prise en charge de la souffrance psychologique des jeunes âgés de 11 à 21 ans. Médecins traitants, médecins scolaires et pédiatres pourront leur prescrire des consultations de psychologues remboursées par la Sécurité sociale, dans la limite de douze séances.

Avec consentement du jeune

Prévue par la loi du 23 décembre 2016 de financement de la sécurité sociale pour 2017, l’expérimentation nécessitera le "consentement exprès et éclairé" du jeune ou des titulaires de l’autorité parentale.

L’adolescent pourra également demander à changer de psychologue au cours de sa prise en charge. A noter que "les jeunes présentant des troubles psychiatriques ou des signes de crise suicidaire sont exclus de l’expérimentation et orientés vers les soins spécialisés".

Quels territoires concernés ?

Sont concernées par le dispositif : les communes de Trappes et des Mureaux dans les Yvelines ainsi que Garges-lès-Gonesse, Sarcelles, Goussainville et Villiers-le-Bel dans le Val d’Oise, comme le précise un second arrêté publié le même jour. Les départements de Loire-Atlantique, du Maine-et-Loire, de la Meuse, des Vosges, des Ardennes et du Haut-Rhin proposeront également ces consultations aux adolescents.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à combattre la maladie

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close