Des associations se mobilisent contre le chômage

Par La Cravate Solidaire, le 19 janvier 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Lundi 18 janvier, François Hollande a présenté son plan de la dernière chance contre le chômage. Effet d’annonce ou réelle avancée, l’avenir nous le dira. Sur le terrain, des associations agissent déjà pour l’emploi.

François Hollande a choisi le lundi 18 janvier et le Conseil économique, social et environnemental (CESE) pour détailler son plan permettant d’inverser la courbe du chômage. « Entièrement financé par des baisses de dépenses », il coûtera 2 milliards d’euros et contient des mesures sur la formation des chômeurs, l’apprentissage et les aides à l’embauche pour les patrons de PME.

Le contenu du plan

La grande mesure annoncée est le lancement d’un programme de formation pour 500 000 demandeurs d’emplois, notamment dans les secteurs en expansion (numérique, transition énergétique). Si la mesure peut sembler bonne, elle ne fait pas l’unanimité. Certains dénoncent une « manipulation statistique » ; d’autres le manque d’adéquation avec le marché de l’emploi.

Autre priorité : l’apprentissage. Le gouvernement souhaite la création de 1 000 postes pour étoffer ces filières, en développant l’offre et la durée des formations avec la possibilité d’entrer « en permanence dans le dispositif […], tout au long de l’année ». Le Président a aussi annoncé une augmentation des contrats de professionnalisation, de 8 000 à 50 000 bénéficiaires.

Par ailleurs, les entreprises de moins de 250 salariés pourront bénéficier d’une prime immédiate de 2 000 euros par an. La condition : embaucher en CDI, ou en CDD de plus de 6 mois, un salarié payé jusqu’à 1,3 fois le smic. Un dispositif effectif dès aujourd’hui « pour une durée de 2 ans ».

De nombreuses associations n’attendent pas les décisions politiques pour lutter contre le chômage. L’occasion pour nous de vous en présenter quelques-unes. 

Se mettre sur son 31 pour un entretien

L’association Joséphine pour la beauté des femmes a pour mission d’aider les femmes à se réinsérer sur le marché du travail. Elle accueille, dans les salons solidaires de Joséphine, des femmes pouvant bénéficier de soins spécifiques (coiffure, maquillage etc) et de prêts de vêtements pour un entretien d’embauche. L’objectif : que les plus démunies se réconcilient avec leur image, reprennent espoir et ainsi, retrouvent le chemin de la réinsertion.

Sur le même modèle, l’association La cravate solidaire collecte en entreprises, et auprès de particuliers, des tenues professionnelles pour homme et femme. Elle les distribue ensuite pour accompagner et favoriser l’accès à l’emploi. Enfin, des conseillers en image et recruteurs bénévoles interviennent auprès des bénéficiaires pour leur fournir des conseils sur l’entretien d’embauche.

Un « Pôle Emploi » citoyen

L’association Solidarités Nouvelles face au Chômage propose, elle, un soutien personnalisé grâce à un réseau d’accompagnateurs bénévoles à travers toute la France. 2 900 chercheurs d’emploi sont accompagnés par 1 800 membres bénévoles. Le taux de réinsertion en fin d’accompagnement est de 62% !

L’association crée et finance aussi des emplois solidaires pour des chômeurs de longue durée, grâce au soutien de 3 800 donateurs.

L’association des femmes seniors et dynamiques

Créée en octobre 2005 par des femmes chefs d’entreprise, Force Femmes est née d’une dynamique collective de solidarité avec les femmes de plus de 45 ans, en recherche d’emploi. Leur conviction : elles « représentent une force pour l’entreprise ».

L’association les accompagne en mettant à leur disposition son réseau de bénévoles spécialistes de la réinsertion professionnelle qui les guident, conseillent et soutiennent tout au long de leurs démarches.

A défaut de réussite politique, de nombreuses initiatives citoyennes œuvrent pour la réinsertion et obtiennent des résultats. Des associations à soutenir !

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir La Cravate Solidaire !

Je découvre toutes
ses actualités

Close