Contre le harcèlement de rue, elle crée un numéro “anti-relous”

Par l'équipe Oneheart, le 31 juillet 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Le 16 juillet dernier, Daisy, étudiante de 24 ans, a créé un numéro de téléphone anti-harcèlement de rue : le 07 80 99 37 34. L’idée est de proposer aux femmes victimes de harcèlement, une alternative pour ne pas donner son propre numéro à un individu trop insistant. 


Un numéro 100% géré par l’étudiante


Alors comment fonctionne le dispositif anti-harcèlement ? Si une femme a donné le 07 80 99 37 34 à son harceleur et que ce dernier tente de joindre le numéro, alors il tombera automatiquement sur un message vocal enregistré par Daisy : « Bonjour, si tu es sur ce numéro, c'est parce que tu as été trop insistant avec une femme ou une fille qui ne souhaitait pas te donner son numéro. Elle s'est sentie forcée de te donner ce numéro pour que tu la laisses tranquille », dit notamment le message. 


Si le harceleur tente de contacter le numéro par message alors Daisy répond directement au message. Les réponses ne sont pas automatisées. « Au début je dis "bonjour, j'espère que tu vas bien" puis je laisse un peu de temps, au cas où la fille serait toujours à côté, pour que l'homme puisse se dire que c'est un vrai numéro. Après, j'envoie un message sur le consentement : sur le fait que si une fille dit "non" il faut accepter le "non" et ne pas insister plus », détaille Daisy au micro de RTL.

 

©Instagram / Afemmesegales

 

Contactée par CheckNews, Daisy explique qu’elle répond aux messages du lundi au vendredi, « jusqu’à 2 voire 3 heures du matin ». « C’est ce que je me suis imposé pour mon propre bien », ajoute-t-elle. L’étudiante en communication reçoit environ 200 SMS par jour, « sans compter les personnes qui testent le numéro. J’y passe toute la journée ». 

 

« Ça a très bien marché »


Il y a deux semaines, Daisy partage sur son compte instagram l’ancien numéro anti-relous créé par deux militants féministes, Clara Gonzales et Elliot Lepers. Malheureusement, le numéro avait été désactivé deux jours après son lancement suite à une campagne de harcèlement menée notamment par des membres d'un forum sur jeuxvideo.com. L’étudiante se souvient alors qu’elle dispose d’un numéro professionnel qu’elle n’utilise pas et décide donc de créer un nouveau numéro anti-relous. « Sachant que ce service peut aider énormément de personnes, je me suis dit "vas-y". Je n’ai même pas réfléchi deux secondes. Le harcèlement de rue, je sais ce que c’est, et j’ai toujours voulu faire quelque chose de concret pour aider à ce que ça s’arrête. J’ai fait le visuel et j’ai lancé le numéro.» explique-t-elle.


Depuis le lancement, Daisy raconte avoir subi des tentatives de sabotage, de piratage de son adresse mail et reçu « plus de 500 messages textes et une centaine de messages malveillants sur le répondeur en un week-end ». Mais son investissement quotidien et ses efforts semblent porter leurs fruits. Les numéros ont été bloqués au fur et à mesure. « Ça a très bien marché », se félicite-t-elle.


Depuis le lancement de son dispositif il y a deux semaines, seuls une dizaine d'hommes se sont excusés de leur comportement. La plupart répondent par des insultes. Mais cela n'atteint pas la jeune femme, qui espère faire évoluer les mentalités sur cette question du harcèlement de rue : « Je trouve dommage qu'il n'y ait pas de solution contre ça. Ce numéro c'est déjà un début », conclut-elle.

 

 

Par Chloé Sappia

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à faire du deuxième sexe le sujet numéro un

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close