Contre la pollution, cet artiste portuguais construit des oeuvres à partir de déchets

Par l'équipe Oneheart, le 30 août 2018
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Depuis 2013, un jeune artiste portugais, Artur Bordalo, a changé les règles du jeu. Celui-ci crée des oeuvres d’art à partir de déchets pour alerter sur les dangers de la pollution. Dans une interview, il évoque sa motivation  “Ils dénoncent ce qui les tue : la pollution, les déchets en plastique. Au-delà de l’esthétique, je souhaite vraiment attirer l’attention du public sur les problèmes écologiques. La rue est un bon endroit pour le faire, même si ça m’oblige à avoir un message très direct et rapide. C’est pour cela que mes œuvres poussent les gens à se rapprocher. En voyant la matière, ils peuvent alors dans un deuxième temps en comprendre le sens.

À partir de tuyaux en plastique, de vieux pneus ou de chaises cassées, Bordalo II crée des oeuvres uniques. Mi-novembre 2017, il a réalisé un imposant castor de près de 8 mètres de haut juste à la sortie du métro Bibliothèque François Mitterrand à Paris.

Par ailleurs, chacune des créations de Bordalo est placée à un endroit porteur d'histoire. Ainsi, Gautier Jourdain, de la galerie Mathgoth, explique l’histoire de ce castor accroché dans le 13e arrondissement : “Autrefois, une rivière nommée la Bièvre, prenait sa source à Guyancourt, et passait entre le 5e et le 13e arrondissement, pour finir par se jeter dans la Seine. Mais elle était tellement sale, à cause des usines et des teintureries aux alentours, qu’au début du XXe siècle, on l’a totalement recouverte et détournée. Elle se jette maintenant dans les égouts. Bordalo voulait raconter l’histoire de cette rivière perdue. Il a découvert que l'une des origines possibles du nom, c’est qu'en gaulois, “bièvre” signifiait “castor”, une terminologie qu’on retrouve dans son nom anglais : beaver. L'animal à représenter était donc tout trouvé.

 


Restez connecté.e puisque l’artiste a prévu d’afficher ses oeuvres en France vers la fin de l’année 2018 !

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close