Cette entreprise fabrique des masques respiratoires à partir du masque de plongée de Décathlon

Par l'équipe Oneheart, le 25 mars 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Alors que le Coronavirus frappe l’Italie de plein fouet, un médecin italien, soutenu par des ingénieurs de l’entreprise italienne Isinnova, spécialisée dans l’impression 3D, semble avoir trouvé une solution temporaire pour pallier la pénurie de masques dans les hôpitaux. Ainsi, à partir du masque de plongée de la marque Décathlon, elle a créé un masque respiratoire d'urgence. 

 

Le masque de plongée Décathlon transformé en masque respiratoire d’urgence

Connue pour ses réalisations en impression 3D et notamment pour sa valve respiratoire, l’entreprise italienne Isinnova a décidé de venir en aide aux hôpitaux en manque d'instruments. Contactée par le Docteur Renato Favero, de l’hôpital Gardone Val Trompia à Brescia, l’une des villes italiennes les plus touchées par l’épidémie du Covid-19, elle s'est mise à fabriquer un masque respiratoire à partir du masque de plongée Décathlon.


Pour rappel, le masque Easybreath de Décathlon utilisé pour du snorkeling, autrement dit pour explorer les fonds marins, recouvre tout le visage de son utilisateur en lui permettant de respirer à la fois par la bouche et par le nez tout en gardant la tête sous l’eau. 

masque-easybreath-decathlon

Masque Easybreath, crédit : Subea
 

A ce masque de plongée, l’entreprise Isinnova a ajouté une nouvelle valve baptisée « Charlotte », placée à la place du tuba, et reliée au respirateur de l’hôpital. Le tout premier échantillon a été testé à l’hôpital Chiari, à Brescia en Lombardie et a remporté un franc succès.

masque-isinnova

 

 

 

Une entreprise qui n'en est pas à son premier coup d'essai


Bien avant l'idée du masque d'urgence, l'ingénieur et fondateur d'Isinnova, Cristian Fracassi, avait eu la brillante idée de fabriquer des valves respiratoires en 3D pour des patients atteints du Covid-19. Ces valves de remplacement, branchées aux respirateurs artificiels des hôpitaux, permettent aux personnes atteintes du Covid-19 qui présentent des difficultés respiratoires, de mieux respirer. En 24h, Isinnova avait livré une centaine de valves aux hôpitaux notamment à l'hôpital de Chiari, le tout premier à avoir pu bénéficier de cette aide. Grâce à celle-ci, 10 patients avaient pu respirer correctement.

valve-isinnova
Valves - Crédit : Isinnova

 

Une solution encourageante accessible aux structures de soins


Bien que la valve « Charlotte » ait été brevetée pour éviter toute spéculation, la documentation reste néanmoins gratuite et accessible à tous du moment que le produit ne soit pas utilisé à des fins commerciales. « Notre but étant que tous les hôpitaux dans le besoin puissent y avoir recours » explique Isinnova.


L'entreprise tient tout de même à rappeler que ce masque transformé constitue un dispositif biomédical non certifié et ne remplace en aucun cas le matériel médical de base ; il est utilisé, comme l’explique l’un des concepteurs Marco Ruocco au micro du quotidien La Repubblica, « dans des situations d'urgence grave, dans le cas où ceux traditionnellement utilisés dans les hôpitaux ne sont plus disponibles, qui ont évidemment d'autres normes de sécurité ». Le/la patient(e) est ainsi amené(e) à signer un document attestant être au courant et d'accord d'utiliser un appareil biomédical non certifié.

Décathlon a également tenu à éclaircir la situation sur les réseaux sociaux en rappelant que les masques n'étaient pas à usage médical : « Nous rappelons que l’Easybreath est un masque qui a été conçu uniquement pour faire du snorkeling. Nous ne sommes pas médecins, et nous n’avons pas les compétences pour appuyer un usage dans le domaine médical, mais nous nous tenons à la disposition des centres de recherche ».

decathlon-twitter

 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à reconstruire après la tempête

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close