Cet homme pédale sur les rives londoniennes pour lutter contre la pollution plastique

Par l'équipe Oneheart, le 09 août 2018
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Environ 12 millions de tonnes de déchets finissent dans les océans chaque année. Face à ce terrible constat, Dhruv Boruah, un Londonien de 35 ans, décide d’agir. Il crée alors un “vélo flottable” pour débarrasser les voies navigables de déchets plastiques.


Un vélo gonflable pour lutter contre la pollution plastique


Alors qu’il était consultant en management, Dhruv Boruah démissionne. Au micro du média britannique CCN il déclare : “Life is about being out there with Mother Nature, enjoying Mother Nature, challenging yourself from out of your comfort zone, and if you can do something good while doing it, why not ?” (NDLR. “La vie, c’est d’être là avec Mère Nature, de profiter de Mère Nature, de se mettre au défi, de sortir de sa zone de confort, et si tout en le faisant, vous pouvez faire quelque chose qui a du sens, alors pourquoi pas ?”.


Il décide alors de créer un vélo assez spécial : un vélo qui flotterait sur l’eau. A partir d’un vélo en bambou, Dhruv équipe son invention de deux bouées gonflables de chaque côté. A l’avant : un gouvernail et une hélice propulsée par la roue arrière. De chaque côté du vélo, au niveau de la selle, sont accrochés des filets de pêche dans lequel il stocke les déchets… le tout assemblé en 45 minutes avant d'être démonté puis rangé dans son sac à dos. Une invention qui ne manque pas de piquer la curiosité des passants !

 

“The Thames Project” : un projet de sensibilisation


En 2017, lorsque l’idée germe dans la tête de Dhruv, celui-ci entend avant tout sensibiliser le public à la pollution plastique avant même de débarrasser les voies navigables des déchets. C’est ainsi qu’il lance son projet “The Thames Project” : une traversée de la Tamise en 9 jours. Après avoir parcouru près de 250km, Dhruv ne s’arrête pas là et décide d’attaquer les autres voies navigables avoisinantes telles que le Regent’s Canal pour ramasser les déchets plastiques.


Plastic is now in the air we breathe, the water we drink and the food we eat” (NDLR. “Le plastique se trouve désormais dans l’air que nous respirons, dans l’eau que nous buvons et dans les aliments que nous mangeons”) déclare Dhruv au micro de CNN.


Vous aussi, vous pouvez contribuer au projet de Dhruv en faisant un don sur la page du Thames Project. Les dons permettront d’éduquer, de sensibiliser et d’inspirer les communautés locales mais aussi d’organiser des opérations de nettoyage pour éradiquer la pollution plastique. Dhruv Boruah a également mis en ligne une pétition pour l’installation de filtres contre les microfibres plastiques qui polluent l’océan à chaque lavage.


Le plastique, véritable fléau 


Selon le comité d’audit environnemental britannique, 5,5 milliards de bouteilles en plastique échappent au recyclage ménager au Royaume-Uni, un chiffre alarmant qui ne nous laisse pas indifférents.


Nous ne cessons de le répéter mais le plastique constitue un véritable fléau pour les océans, les déchets plastiques détruisant et perturbant l’environnement des animaux marins. Dhruv constate que parmi les déchets ramassés, les objets en plastique à usage unique tels que le polystyrène et les bouteilles en plastique sont omniprésents.


En mai dernier, la Commission européenne proposait une série de mesures pour diminuer l’utilisation d’objets plastiques à usage unique (couverts, assiettes, coton-tiges, pailles, gobelets).

 

Voici 10 bons gestes pour réduire voire bannir le plastique de votre quotidien 

(Source : No Plastic In My Sea)

1- J'utilise un sac de course réutilisable plutôt qu'un sac plastique.

2- J'utilise une gourde plutôt qu'une bouteille en plastique.

3- J'opte pour le savon solide plutôt que le savon liquide.

4- J'opte pour des matières naturelles plutôt que des matières regorgeant de microfibres plastiques se diffusant dans l'eau.

5- J'achète des produits en vrac, non emballés : j'évite ainsi le suremballage inutile.

6- J'ai un verre et une tasse à café réutilisables : je n'utilise ni gobelet ni tasse en plastique.

7- J'utilise de la vaisselle : j'évite les couverts et les récipients jetables.

8- Je privilégie des pailles en inox plutôt que des pailles en plastique.

9- Je n'utilise pas de ballon de baudruche.

10- Si j'utilise du plastique, JE TRIE, mais je sais que 21% seulement sera recyclé.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close