Cet éleveur sauve chaque année 2 800 poules de l’abattoir

Par l'équipe Oneheart, le 24 juin 2020
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Eleveur de poules en Seine-Maritime depuis 5 ans, Baptiste Stalin a eu la bonne idée de revendre quelques euros ses poules pondeuses à des particuliers, au lieu de les envoyer à l’abattoir. 


Un adepte de l'agriculture biologique


A Beauval-en-Caux en Seine-Maritime (76), Baptiste Stalin s’est lancé dans l’élevage de poules il y a 5 ans et a créé "La Belle de Beauval". Ses oeufs, très appréciés, sont vendus dans plusieurs épiceries et supérettes locales, dans des magasins de producteurs mais sont aussi utilisés dans des restaurants, comme celui du cuisinier doublement étoilé Gilles Tournadre.


Le déclic a eu lieu la première année en fin d’exploitation, lorsqu’il a fallu "renouveler les poules". Il a du alors envoyer ses 2 800 poules à l’abattoir : « C'était la première fois que je voyais ça avec des poules entassées dans des cages sur un camion, certaines avec des pattes coincées dans les grilles. Et même si nous étions dans le respect des règles sanitaires, j'étais dégoûté. Toute l'année, on prend soin d'elles. (...) Et là, on les traite de cette manière… Je me suis juré que c'était la dernière fois. » explique-t-il.

 

Baptiste Stalin et une de ses poules. ©La Belle de Beauval / Facebook

 

Une seconde vie pour 2 800 poules chaque année


La deuxième année, pour ne plus vivre ce crève-coeur, Baptiste Stalin a l’idée de proposer ses poules -encore tout à fait capable de produire des oeufs- à la vente sur les réseaux sociaux, pour 2 à 3 euros. « On m'a dit que j'étais fou, que ça allait être trop compliqué… Mais moi, j'aime les défis. » Résultat, après de nombreux appels passés, toutes ses poules ont trouvé un acquéreur. 


Depuis, il renouvelle l’opération tous les ans. Cette année, dès le mois de mai, toutes ses volailles ont été réservées en l’espace de quatre jours. Une bonne nouvelle qui conforte le jeune éleveur de 31 ans dans son idée : « J'aime la viande, ce n'est pas le problème. Mais faire des rillettes avec des poules qui peuvent encore donner des oeufs et vivre plus longtemps, ça n'a pas de sens ». Depuis le 15 juin dernier, ses poules quittent progressivement l’élevage pour rejoindre leurs nouveaux propriétaires, qui ont tous l’impression de faire une bonne action. 

 

 

Par Chloé Sappia

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à mettre du beurre bio dans les épinards

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close