Ces deux adolescents gravissent le Kilimandjaro en fauteuil roulant

Par l'équipe Oneheart, le 25 octobre 2018
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Pour Oscar et Arthur, c’est un rêve devenu réalité : tous deux, en fauteuil roulant, se sont retrouvés au sommet du Kilimandjaro pour la toute première fois, accompagnés de l’association Pompier Raid Aventure et d’une centaine de bénévoles.


Gravir le Kilimandjaro : la réalisation d’un rêve d’enfant


Oscar a 13 ans. Il est originaire de Meudon, en région parisienne. Il est atteint d’une neuropathie génétique rare qui le contraint de se déplacer en fauteuil roulant depuis l’âge de 5 ans. Arthur, lui, a 16 ans et vient du Morbihan en Bretagne. Il est en fauteuil depuis sa naissance. Tous deux, amis d’enfance, ont un rêve en commun : celui de gravir le Kilimandjaro, le plus haut sommet d’Afrique.


« Quand j’étais petit, j’aimais bien regarder le film « Kirikou » et j’ai vu le Kilimandjaro… je me suis alors dit que c’était beau et que j’aimerais y aller un jour », confie Oscar au micro du Parisien.


Arthur quant à lui, marche sur les traces de Yann Jondot, maire de Langoëlan, commune du département de Morbihan en Bretagne. En octobre 2017, le maire gravissait lui aussi le sommet du Kilimandjaro. Un an plus tard, Arthur affirme au micro de Télégramme que « partir à l’assaut du Kilimandjaro, c’est un rêve qu’[il] pensai[t] inaccessible, mais qu’ [il] espérai[t], un peu, après avoir vu le film relatant le périple de Yann. »


Les deux adolescents se sont ainsi lancés, depuis le 15 octobre, dans l’ascension du Kilimandjaro, après une semaine de trail.


Kili No Limit : « les seules limites sont celles que l’on se fixe »


Au delà d’un simple rêve, Oscar et Arthur entendent briser les préjugés sur le handicap et souhaitent ainsi démontrer qu’il est possible d’aller au bout de ses rêves, que le handicap n’est pas un frein. A travers cette aventure baptisée « Kili No Limit », Arthur souhaite « montrer une image positive du handicap » comme il le témoigne au journal Le Télégramme. La maman d’Oscar au micro du Figaro déclare que « ce n’est pas parce qu’on est en fauteuil roulant qu’on ne peut pas avoir de rêves et faire des choses incroyables ».


Pour réaliser leur rêve, Oscar et Arthur sont accompagnés d’une centaine de personnes dont Pompier Raid Aventure (PRA), une association de pompiers qui participent à des courses à pied en emmenant avec eux des enfants en situation de handicap. Leur objectif : permettre aux enfants de vivre de grandes aventures. « Le but de PRA est de montrer à tous que les seules limites sont celles qu’on se fixe, que le handicap est une contrainte que l’on peut dépasser » souligne Jérôme Travers, Président de l’association.


Portés par des bénévoles et des pompiers de PRA sur des joëlettes, fauteuils de randonnée dédiés aux personnes à mobilité réduite, Oscar et Arthur se retrouvent enfin au sommet du Kilimandjaro, soit à 5895 mètres d'altitude.

PRA


Une action engagée : dénoncer le manque d’accessibilité pour les personnes handicapées

 

« Le premier objectif, c’est que ce projet, qui part d’un rêve personnel, résonne au-delà de cette aventure pour toucher le plus grand nombre » déclare Anne-Laure, la mère d’Oscar au micro du Figaro.


Bien plus qu’un rêve, le projet “Kili No Limit” dénoncer le manque d’accessibilité en France aux personnes à mobilité réduite. Par le biais de leur exploit, Oscar et Arthur espèrent rétablir le principe d’accessibilité universelle. Cela passe notamment par le retrait de l’article 18 de la loi ELAN (Evolution du Logement et Aménagement du Numérique) adoptée par le Sénat le 25 juillet 2018. En effet, cette loi diminue le quota de logements neufs accessibles aux personnes handicapées, passant de 100% à 10%.

 

 

Comment à notre échelle, favoriser l'accessibilité des personnes handicapées ?


L’association Jaccede met en place une plateforme qui détaille l’accessibilité de tous les établissements accueillant du public pour que les personnes à mobilité réduite puissent savoir à quels lieux elles peuvent accéder en fonction de leur mobilité. Chacun d'entre nous peut ainsi contribuer à la plateforme en y postant des photos ou en y apportant des informations utiles.

Pour nos amis globe trotteurs, rendez-vous sur Handiplanet ! Aujourd'hui, 80% des personnes en situation de handicap renoncent à voyager car il est impossible de se projeter. Pour pallier ce problème, Handiplanet crée un site de voyage collaboratif pour les personnes en situation de handicap, quel que soit leur degré de mobilité. Il leur est désormais possible de partager leurs expériences et échanger avec d'autres voyageurs.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à repousser les limites du corps et de l’esprit

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close