Ce bistrot qui court-circuite la restauration française

Par Le Court Circuit, le 16 mars 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Cette semaine Isabelle Delannoy nous parle d’économie symbiotique. Partons à la découverte du Court Circuit, un bar-restaurant, laboratoire d’idées et fer de lance de cette nouvelle économie.

« Dans un coin pourri, du pauvre Paris, sur une place… » L’histoire aurait pu commencer comme celle du Bistrot de Brassens. Mais le bar dont on va vous parler se cache dans le 7ème arrondissement de Lyon, place Mazagran, dans le quartier populaire de la Guillotière. Au détour des ses rues pleines de vie, le Court Circuit vous accueillera pour déguster de délicieux petits plats ou une bière blonde bien fraîche.

Au-delà de la qualité des produits servis, ce « bistrot débranché » se distingue par son fonctionnement hors normes. Une initiative s’inscrivant pleinement dans l’économie symbiotique, concept porté par notre invitée de la semaine : Isabelle Delannoy.

Bar, restaurant et lieu culturel

Le Court Circuit ouvre ses portes il y a plus de cinq ans. C’est un bar-restaurant proposant des produits locaux et/ou bio. « Le plus important dans notre sélection de produits, c’est la relation avec le producteur, explique Timothée Mathelin, cogérant du bistrot. On s’intéresse avant tout aux gens avec qui l’on va travailler. »

Ici, tous les produits sont frais et de saison, il n’y a pas de congélateur. « Nous servons des plats différents tous les jours, précise Timothée, c’est un véritable challenge pour notre chef d’innover quotidiennement. Au menu, on retrouve une assiette végétarienne (qui a régalé bien des carnivores) et un plat du jour. Nous essayons également de limiter le gaspillage au maximum, en réutilisant le plus possible les produits non travaillés. »

Le Court Circuit est un restaurant, mais c’est aussi un bar ! Il propose une sélection de bières savoureuses « issues de la production de plusieurs brasseurs de la région lyonnaise, détaille Timothée. Nous travaillons avec La Voie Maltée, une brasserie artisanale bio située à une trentaine de kilomètres de Lyon, qui fabrique spécialement pour nous une bière blonde délicieuse. Des anciens du Court Circuit viennent également de créer le Bieristan, un bar proposant un large choix de bières artisanales et locales. »

En parallèle, le bistrot organise des concerts tous les samedis, une exposition différente tous les mois et, une ou deux fois par an, un événement rassemblant de nombreuses associations du quartier. « Ce bistrot est l’exemple même de l’initiative qui redynamise un quartier et une région, explique Isabelle Delannoy. Il crée un écosystème favorable au développement d’autres projets vivant en symbiose, c’est ça l’économie symbiotique. »

Un fonctionnement exemplaire

Le Court Circuit est une Société Coopérative et Participative (SCOP). « Nous avons opté pour la SCOP car nous avions l’envie d’intégrer les salariés aux décisions, explique le cogérant du bistrot. Chez nous, tous les salariés sont associés, nous prenons les grandes décisions de l’entreprise à main levée, une personne = une voix.

Nous faisons des réunions hebdomadaires dans lesquelles nous prenons toutes les décisions de gestion courante de l’entreprise. Nous essayons de faire régner une sorte de démocratie.

Nous organisons également des commissions de travail. Elles ont pour but de répartir toutes les taches nécessaires au fonctionnement du bistrot : gestion des stocks, intendance des locaux, programmation et communication, administration et finances, cuisine ou encore gérance. Tous les six mois, les salariés changent de commission. C’est très important pour nous que chacun puisse toucher à tous les aspects de l’entreprise. Au bout d’un certain temps, on connaît chaque poste de la société ».

Dans cette entreprise, il n’y a pas de « patron ». La législation oblige à ce qu’un gérant soit déterminé, alors les salariés organisent tous les quatre ans une élection de deux cogérants. Ce rôle est purement administratif et ne procure pas plus de pouvoir.

Le Court Circuit, nom programmatique vous l’aurez compris, est un des exemples parfaits de cette nouvelle économie symbiotique théorisée par Isabelle Delannoy. Il prône l’organisation collaborative, le consommer local, la mixité et la lutte contre le gaspillage.

On adore ce bar, bistrot, restaurant, laboratoire d’idées… Une adresse qui ne peut que devenir culte !

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Le Court Circuit !

Je découvre toutes
ses actualités

Close