Canicule : quand les hommes se rebiffent et viennent travailler en jupe

Par l'équipe Oneheart, le 22 juin 2017

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Alors que les bermudas et les shorts sont proscrits sur la plupart des lieux de travail, des hommes ont trouvé le moyen de protester contre cette règle injuste. Ils viennent en jupe au travail...

Le coup de com' est réussi, puisque l’initiative, devenue virale, a fait le tour du monde.  Leur direction leur avait interdit de porter des bermudas malgré l'épisode caniculaire… Plusieurs conducteurs de tramway et de bus de la Semitan, à Nantes, ont alors décidé de venir travailler vêtus de jupes, mardi 20 mai, pour protester contre une règle jugée absurde et discriminante : pourquoi n'auraient-ils pas le droit de porter de shorts alors que les femmes ont droit aux tenues courtes ? 

"La jupe fait partie de la dotation vestimentaire de nos collègues femmes et nous n'avons pas d'équivalent", explique à 20 Minutes , Gabriel Magner, représentant CFDT. Et de préciser à France Bleu Loire Océan "En période caniculaire, nous atteignons des températures proches de 50°C derrière nos pare-brises. Et comme nous n'avons pas de climatisation dans nos bus, c'est insupportable".

Aucune loi n'interdit le short au travail 

Vont-ils pour autant obtenir gain de cause ? Cela semble mal parti. D'après 20 Minutes, la direction n'a pas répondu aux revendications des syndicats. Et les conventions ne vont pas dans leur sens. L'interdiction du port du short ou de tongs au bureau ne figure dans aucun texte de loi. Néanmoins, selon Me Chupin, avocat en droit du travail, interrogé par LCI "Dans le cas où le salarié est en relation avec la clientèle, son employeur peut imposer ou interdire une tenue vestimentaire, il y a une importante jurisprudence en ce sens."

Osons alors émettre quelques interrogations : ces codes vestimentaires ne sont-ils pas dépassés et inefficaces ? Qui en 2017 s'offusquerait de voir un conducteur en short ? Qui prendrait sa tenue comme argument pour justifier une éventuelle incompétence ? Ces questions se posent aussi concernant les contraintes imposées aux femmes, dans le domaine de la restauration par exemple, où elles doivent parfois s'équiper d'une jupe et de talons.

Des progrès ailleurs en Europe 

Mais gardons espoir ! Des conducteurs suédois, qui avait mené une action similaire en 2013 , avait fini par obtenir gain de cause... Même happy end à Londres. Il y a quelques jours un employé de bureau  a été renvoyé chez lui parce qu'il était vêtu d'un short. Sa direction lui a demandé d’aller se changer mais au lieu de revenir en pantalon, il a fait son retour en robe. Pari gagné puisque, peu après, le jeune homme a reçu un mail de son entreprise déclarant que désormais en cas de forte chaleur, les "gentlemen sont autorisés à venir en short long et de couleur sombre".

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close