Barack Obama : ses six plus beaux gestes pour sauver la planète

Par l'équipe Oneheart, le 20 janvier 2017

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Développer les énergies renouvelables, sanctuariser des zones sauvages, sauver les espèces en danger... Durant ses deux mandats, le Président Obama a montré qu’il était un fervent défenseur de l’environnement. Un engagement qu'il a particulièrement intensifié à trois semaines de quitter la Maison Blanche. Alors qu'il vient de laisser sa place à Donald Trump, nous vous proposons de redécouvrir ses plus belles initiatives pour sauver la Planète. C'est notre façon à nous de lui dire merci !

1. Un plan pour réduire de 30 % les émissions de CO2

En 2015, le président a voulu prendre le problème du réchauffement climatique à bras le corps. Il a mis en place le Clean Power Plan. Ce courageux programme visait à réduire de 30 % les émissions de CO2 des centrales électiques d'ici à 2030 par rapport à 2005. Une ambition qui a visiblement effrayé les Etats principalement à majorité républicaine et quelques industriels. Ils ont saisi la Cour suprême des Etats-Unis, laquelle a suspendu le plan en février 2016. 

Ce coup dur n'a toutefois pas empêché Obama de lancer des initiatives pro-climat. Il a posé un moratoire sur les nouvelles extractions de charbon et, depuis son arrivée, la production d’énergie solaire a été multipliée par dix et celle de l’énergie éolienne par trois.

2. Créer la plus grande réserve marine du monde

En septembre 2016, Barack Obama a concrétisé un projet qui lui tenait particulièrement à cœur : la création de la plus grande réserve marine du monde dans son archipel natal, l'archipel d’Hawaiï. D'une superficie de 1,51 million de km², cette aire protégée, interdite désormais à la pêche commerciale, abrite plus de 7000 espèces dont des baleines bleues, des tortues, des phoques moines, une espèce endémique d'Hawaïi , autrement dit une espèce présente naturellement sur un territoire, ainsi qu’une multitude d’oiseaux comme les albatros à queues courtes.

3. Consacrer la préservation de l'Arctique

Le 20 décembre, autre mesure forte en faveur de la protection de notre précieuse planète : le Président a sanctuarisé plus de 50 millions d'hectares dans l'océan Arctique et l'océan Atlantique, avec l'impossibilité d'y pratiquer des forages de gaz ou de pétrole. Grâce à une loi datant de 1953, il rend cette interdiction permanente. Elle ne pourra donc pas être détricotée par Donald Trump, considéré comme climato-sceptique.

"Ces mesures protègent un écosystème sensible et unique que l'on ne retrouve dans aucune autre région du globe", a déclaré Barack Obama dans un communiqué. La côte Atlantique des Etats-Unis, de Norfolk, en Virginie, jusqu’au Maine, à la frontière canadienne, soit 1,5 million d’hectares, recèle en effet de nombreux trésors tels que des coraux d'eaux profondes et des poissons rares. Quant aux eaux arctiques, à savoir 46 millions d'hectares désormais protégés, on y trouve encore des ours polaires et baleines boréales, deux espèces en voie de disparition.

4. Classer "monument national" deux étendues sauvages de l’Ouest américain

Le 28 décembre, le président poursuit son marathon de mesures en faveur de l'environnement. Il désigne "monument national"  650 000 hectares de territoires sauvages dans l'Utah et le Nevada. Les deux régions seront ainsi interdites d'exploitation minière pétrolière ou gazière. Un bon point pour l'héritage culturel, puisque elles abritent plusieurs sites sacrés pour les nations autochtones d'Amérique, des fresques rupestres ainsi que d'anciennes habitations troglodytes.

"Les mesures d'aujourd'hui  garantiront que les futures générations puissent profiter et apprécier ces paysages historiques et pittoresques", a déclaré le président sortant dans un communiqué.

5 Sauver les ours polaires 

L’ours polaire a été placé sur la liste des espèces menacées en 2008. 80 % de sa population pourrait disparaître si les glaces de l’Arctique continuent à se réduire. Face à cela, l'administration d'Obama a dévoilé, le 9 janvier, un programme visant à mieux protéger l'espèce. Le plan vise surtout à limiter la surchasse par la population locale, à réduire les menaces potentielles des marées noires et à la protéger les zones que les ours utilisent pour leur tanière. 

L'ours polaire n'est pas la seule espèce pour laquelle Obama s'est mobilisé. Au cours de ses huit ans de mandant, il a inscrit environ 300 bêtes de toutes sortes sur la liste des espèces menacées de l’US Fish and Wildlife, leur permettant ainsi de bénéficier d'un régime spécial de protection. C'est cinq fois plus que sous la présidence de George W. Bush.

6. Verser un milliard de dollars pour le climat

À trois jours de son départ de la Maison Blanche, Barack Obama a décidé de rincer généreusement le Fonds vert pour le climat, en lui versant 500 millions de dollars (environ 468 millions d'euros). Ce Fonds, mis en place en 2010 par les Nations unies lors de la COP16 à Cancun, vise à lutter contre le réchauffement climatique, notamment en aidant les pays en voie de développement à adopter les énergies renouvelables. Il mène actuellement des projets au Pérou, au Sénégal ou encore au Bangladesh.

Il s’agit du second chèque signé par Obama en faveur de cet outil, après les 500.000 dollars déjà versés il y a un an. Soit une somme totale de plus d’un milliard de dollars (940 millions d’euros) pour cette initiative. Un message fort adressé à son successeur ? Donald Trump a déclaré, pendant la campagne électorale, que le réchauffement climatique était un "canular" inventé par la Chine pour affaiblir l'économie américaine. Il a également promis d'annuler l'accord de Paris sur le climat, entré en vigueur le 4 novembre.

 

Nous pouvons l'avouer, Barack Obama va nous manquer. Un bonne nouvelle, cependant, pour ceux qui le soutiennent. Le couple Obama a annoncé, dans une vidéo publiée vendredi 20 janvier, qu'il lançait la Fondation Obama. L'objectif ? Favoriser des projets citoyens. L'ancien President demande à ses partisans et concitoyens de se servir de cette fondation pour "partager (avec lui leurs) opinions".

Photo Flickr : le Président Obama admire le Grand Canyon en Arizona, en 2009.

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close