Avec la nouvelle BD de Bloom, dites Chalut à la pêche électrique !

Par l'équipe Oneheart, le 04 juin 2018
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Par Sahba, qui est contre la pêche


Un sujet peu abordé dans les médias et pourtant très important : la pêche électrique fait débat depuis des années pour son impact écologique. Les pêcheurs défendent un point de vue commercial en affirmant que la pêche électrique est moins polluante puisqu’elle permet de pêcher plus rapidement et ainsi limiter le nombre de prises d'ordinaire rejetées à la mer. Cependant, les acteurs associatifs affirment que cette technique laisse de graves séquelles sur les poissons et incite les pêcheurs à la surpêche des poissons plats.

 


Qu’est-ce qu’est la pêche électrique ?


Le principe est simple, la pêche électrique permet de pêcher les poissons qui se tapissent dans les profondeurs des océans. Pour ce faire, les pêcheurs installent au bout de leur perche des câbles équipés d'électrodes qui envoient des impulsions électriques. Ainsi, des poissons plats, comme la sole, sont étourdis et tombent dans les filets beaucoup plus rapidement.

 

Où en est-on en France ?


Depuis 1998, la pêche électrique est interdite dans l’Union Européenne. Cependant, cette interdiction bénéficie d’une dérogation depuis 2007 à titre expérimental dans la partie sud de la Mer du Nord.

La nouvelle majorité présidentielle à l’Assemblée Nationale a redonné un nouvel élan à cette pratique dangereuse. En mars dernier, cette dernière a apporté son soutien unanime au gouvernement afin qu’il obtienne une interdiction définitive de la pêche électrique dans toute l’Union Européenne.

Fin janvier, des pêcheurs avaient bloqué les ports de Calais et de Boulogne-sur-Mer afin de protester contre cette concurrence déloyale. A l'hémicycle, le député du Nord, Paul Christophe, révèle : “Nous laissons les navires hollandais détruire et piller sans états d'âme nos fonds marins”.

 

Bloom, à la rescousse des fonds marins


Les acteurs associatifs agissent également au quotidien pour faire interdire cette pratique dans l’UE à l’instar de Bloom en France. C’est la première Organisation Non Gouvernementale (ONG) fondée en 2006 et dédiée à la protection des océans, et intervient notamment sur la question de la pêche et des méthodes utilisées. L’une de ses victoires a été l’interdiction du chalutage profond en Europe. Depuis, elle agit pour faire interdire définitivement la pêche électrique partout dans l’Union Européenne. Cependant, les Pays-Bas ne respecte pas la réglementation qui autorise 5% de la flotte de chalutiers à perche à pratiquer la pêche électrique. Selon Bloom, les Pays-Bas utiliserait 28% de ce type de bateaux.

 

"Dites chalut à la pêche électrique" : une bande-dessinée décalée pour sensibiliser les citoyens


Afin de faire bouger les choses et faire enfin interdire la pêche électrique, Bloom, a publié, le 23 mai dernier, une BD réalisée par le dessinateur Terreur Graphique et l'auteure Capucine Dupuy.  

Sur un ton décalé, la BD se veut pédagogique et illustre ce qui se passe réellement au niveau européen. A travers celle-ci, l'association espère sensibiliser le plus de monde possible.

 

Vous pouvez consulter la bande-dessinée gratuitement sur leur site.

Bloom appel à la mobilisation citoyenne et incite tout un chacun à envoyer une lettre commune au Président de la République afin de l’inviter à accélérer le processus. La situation est urgente, souligne Claire Nouvian, fondatrice de Bloom : "Si la France ne se mobilise pas urgemment, il sera impossible de gagner l’interdiction de cette pêche destructrice. Ce ne serait pas seulement accepter une dévastation radicale des océans, ce serait accepter que les politiques publiques détruisent activement l’emploi et l’équilibre économique de nos régions. Les pêcheurs artisans ne peuvent plus attendre."

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à protéger les vivants à plumes, à poils ou à écailles

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close