Avec Amnesty International, soutenez les personnes injustement persécutées dans leur pays

Par Amnesty International, le 09 décembre 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Persécutés, emprisonnés, torturés... leurs droits sont bafoués et vous pouvez agir pour les défendre. A l'occasion de la Journée internationale des droits de l'homme, Amnesty International vous propose de participer à l'opération "10 jours pour signer", jusqu'au 11 décembre.

En 1948, l'assemblée générale des Nations unies adoptait la Déclaration universelle des Droits de l'Homme. Une grande avancée pour la société. Et pourtant, près de 70 ans après, contrairement à ce que prônent ses trente articles, des invidividus subissent encore torture, isolement, censure.... Alors qu'ils n'ont fait qu'exercer pacifiquement leurs droits. C'est pour eux que le mouvement Amnesty Internationale organise les "10 jours pour signer." Une opération pour les soutenir et faire pression sur les Etats qui les persécutent injustement. Pour en savoir plus : entretien avec Cécile Coudriou, vice-presidente d'Amnesty International.

One Heart. Qu'attendez-vous de cette opération ?

Cécile Coudriou. On veut montrer que tout le monde peut agir contre les violations des droits humains. C'est vraiment un appel à la mobilisation citoyenne. Au-delà de notre cercle actuel. Amnesty International rassemble aussi des personnes ordinaires qui décident de montrer leur solidarité à d'autres personnes, où qu'elles se situent dans le monde.

Pendant ces dix jours, vous avez choisi de défendre dix personnes. Pourquoi elles ?

On a choisi dix personnes emblématiques d'une situation de violation, laquelle concerne malheureusement bien d'autres citoyens. C'est donc à travers un visage, une histoire qu'on espère toucher le grand public. On veut incarner la situation dans un pays. Cette année, il y a l'Egypte, le Canada, le Cameroun, la Turquie, les USA, avec la fameuse affaire Snowden...Des situations qui illustrent des causes que défend Amnesty.

Comment avez-vous choisi ces causes ?

On cherche à montrer, malheureusement, la diversité des violations qui peuvent se produire dans le monde. À montrer l'ampleur de la mobilisation qui est nécessaire pour pouvoir faire bouger les lignes. Que ce soit, par exemple, empêcher la construction du barrage qui va détruire toute une communauté au Canada, ou demander la libération d'un journaliste en prison seulement parce qu'il a fait son travail, ou encore défendre une avocate turc pour les mêmes raisons.

On les a choisis pour éveiller les consciences sur des violations. Et pas forcément sur des sujets que les gens connaissent. Exemple : on parle de l'Azerbaïdjan. Qui connait la situation de ce pays ? Qui sait à quel point c'est très proche d'une dictature, où il n'y aucune liberté d'expression ? Et pourtant les jeunes s'identifient quand ils découvrent que des gens de leur âge risquent 12 ans de prison, simplement pour avoir posté sur Facebook des photos ironiques sur le président et son père.

C'est donc à travers cette proximité qu'on espère mobiliser les citoyens.

Justement, comment peuvent-ils agir ?

Première chose, il y a en ligne et sur papier des pétitions. Quand on plaide auprès des autorités, on a évidemment plus de poids quand on arrive avec des dizaines de millers et parfois des centaines de milliers de signatures, car c'est dans le monde entier qu'on fait cette opération.

Il y a aussi des messages de soutien. Ça peut être un mot écrit, un dessin, une carte postale, des photos qu'on envoie ensuite sur les réseaux sociaux. On sait à quel point c'est important pour ces personnes emprisonnées ou menacées de savoir que des gens, à l'autre bout de la planète, s'intéressent à eux et à leur sort.

Et ce samedi, il y a un événement à Paris ?

Toute la journée, sur le parvis de l'Hotel de Ville, il y aura des fanfares, des concerts, avec la venue notamment de Red Djinn, et des témoignages de personnes qui défendent les droits de l'hommes. 

Quelques personnalités vous soutiennent aussi ?

Sofia Aram, qui est très engagée, a réalisé de nouveaux spots radio pour nous. Il y a aussi le graffeur Djalouz, qui a représenté deux des personnes emprisonnées pour montrer sa solidarité.

Votre mobilisation a payé l'an dernier. Pouvez-vous donner quelques exemples de ces bonnes nouvelles ?

En République démocratique du Congo, Fred et Yves étaient accusés de vouloir faire renverser le gouvernement. Ils risquaient carrément la peine de mort. Ils sont sortis grâce à nous.

Ensuite, une jeune étudiante birmane, Phyoe Phyoe Aung, avait été arrêtée rien que pour son activité militante. Nous avons aussi pu la faire sortir.

Et puis un autre cas dramatique, comme ça arrive trop souvent au mexique: Yecenia Armenta avait été arrêtée par la police, puis violée, torturée, alors que là encore elle n'avait rien à se reprocher. On l'a aidée dans son combat pour qu'elle soit libérée.

Plus récemment, il y aussi les célèbres "Trois d'Angola", du nom du pénitencier de Louisiane dans lequel ils avaient été enfermés et mis à l'isolement pendant des décennies. Et ce, pour un meurte qu'il n'avait pas commis. On a enfin réussi à les faire sortir l'année dernière. Le dernier étant Albert Woodfox, qui est d'ailleurs venu nous remercier récemment, en France.

Pour en savoir plus sur les 10 personnes à défendre : https://www.amnesty.fr/10-jours-pour-signer

Pour signer la pétition : https://www.amnesty.fr/liberte-d-expression/petitions/avocate-harcelee-et-menacee-en-raison-de-ses-engagements.

En savoir plus sur l'événement de samedi 10 décembre : https://www.facebook.com/events/986992184738657/

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à construire le meilleur des mondes (le vrai)

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Amnesty International !

Je découvre toutes
ses actualités

Close