Angelina Jolie sensibilise les femmes à l'ablation préventive des ovaires en témoignant de son expérience

Par l'équipe Oneheart, le 25 mars 2015

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Deux ans après avoir subi une masectomie, Angelina Jolie témoigne dans une lettre ouverte de son choix d'avoir fait, la semaine dernière, une ablation préventive des ovaires. 

Opération peu connue et peu médiatisée, l'actrice veut en parler et sensibiliser les femmes à prévenir un potentiel cancer. Porteuse du gêne BRCA et ayant trois personnes de sa famille qui ont succombé de la maladie du cancer, l'opération était tout à fait justifiée et approuvée par les chirurgiens. L'Institut national du cancer conseille aux femmes de plus de 40 ans, voire 35 ans, porteuses du gêne BRCA1 de faire l'opération de l'ablation préventive des ovaires, si des antécedents familiaux existent.

Les conséquences de cette opération sont une ménopause précoce, avec tous les symptômes qu'on lui connait, et donc une impossibilité d'avoir des enfants. Un traitement peut être pris pour atténuer les effets pervers de l'opération. Quelques signes peuvent alerter les femmes et les inciter à procéder aux opérations préventives : des antécedents dans la famille, un cancer précoce des ovaires ou du sein. D'où l'importance d'aller consulter un oncologue génétique vers l'âge de 50 ans. Selon Pr Dominique Stoppa-Lyonnet de l'Institut Curie, le risque de cancer des ovaires est de 12% en moyenne à 50 ans, de 40% à 70 ans. Les recherches avancent pour améliorer l'identification chez les porteuses du gêne, celles qui peuvent avoir la mutation du gêne.

L'actrice insiste dans sa lettre de l'importance d'informer les femmes des risques, mais aussi des solutions pour vivre normalement. Ainsi, elle indique que les jeunes femmes qui n'ont pas encore eu d'enfant et qui doivent subir l'opération peuvent se faire enlever les trompes de fallopes tout en gardant leurs ovaires, ce qui permet de ne pas avoir la ménopause et d'avoir des enfants. Pour Angelina Jolie, "la connaissance est le pouvoir".

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à combattre la maladie

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close