2050, des océans de plastique

Par Maud Fontenoy Foundation , le 21 janvier 2016 (modifié le 12 mars 2019)

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Selon un rapport rendu public à Davos, il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans en 2050.

Au World Economic Forum (WEF) de Davos, la navigatrice Ellen MacArthur et le cabinet McKinsey ont dévoilé un rapport édifiant : au rythme actuel, il y aura davantage de plastiques que de poissons dans les océans à l’horizon 2050.

Le rapport qui choque Davos

Selon ce rapport, il y a actuellement une tonne de plastique pour cinq tonnes de poisson. En 2025 ce ratio passera à une tonne de plastique pour trois tonnes de poisson avant d’atteindre une tonne pour une tonne en 2050.

D’après les auteurs de la publication, la quantité de détritus plastiques jetés chaque année dans les océans serait équivalente à 8 tonnes. C’est le contenu d’une benne à ordures vidée toutes les minutes. En 2050, nous déverserons dans nos océans, quatre bennes à ordures par minute.

Cette annonce a ébranlé les magnats du capitalisme. Ils jugent nécessaire « une refonte totale des emballages et des plastiques en général ». Si rien ne change, cette filière consommera 20% de la production pétrolière en 2050.

Le WEF s’interroge avant tout sur le coût financier du problème : « 95% de la valeur des emballages plastiques, estimée entre 80 et 120 milliards de dollars par an, est perdue ». Il appelle donc à la mise en place de véritables filières de recyclage.

Bien que cette mobilisation soit avant tout dictée par des considérations économiques, elle a le mérite de mettre en lumière un des grands enjeux de notre siècle : la survie des océans. Il est toujours positif que les dirigeants des plus grandes entreprises mondiales se saisissent d’une problématique écologique. Il faut maintenant que les annonces soient suivies des faits.

La France a déjà pris les devants sur cette question. L’interdiction de distribuer des sacs plastiques entrera en vigueur le 1er avril 2016. Mais ce n’est qu’une étape puisque en 2017, les sacs plastiques utilisés pour les produits alimentaires frais (fruits, légumes, fromages) seront remplacés par des sacs en bioplastique. Puis en 2020, ce sera au tour de la vaisselle jetable d’être partiellement interdite.

Lutter pour la préservation des océans

Des associations luttent au quotidien pour le nettoyage et la santé des océans.

Le nettoyage comme action

Surfrider Foundation Europe est une association ayant pour but la défense, la sauvegarde, la mise en valeur et la gestion durable de l’océan, du littoral, des vagues et de la population qui en jouit. Elle organise des « Initiatives Océanes » : des collectes de déchets sur les plages et bords de rivières qui ont rassemblé plus de 45 000 personnes dans 28 pays en 2015.

L’éducation comme solution

La fondation Maud Fontenoy s’engage en France comme à l’international pour préserver nos océans. Elle mène des actions d’éducation auprès de la jeune génération et du grand public. Son crédo : sauver les océans, c’est sauver l’homme !

L’action directe comme réponse

L’organisation Sea Shepherd Conservation Society lutte pour la conservation de la faune et de la flore marines. Sa mission : mettre un terme à la destruction des écosystèmes marins et au massacre des espèces dans le but de conserver et de protéger la biodiversité des océans du monde entier. Elle met en place des stratégies novatrices d’action directe pour enquêter, documenter et intervenir si nécessaire afin d’exposer et de combattre les activités illégales de haute mer. 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à partager plus pour intégrer plus

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Maud Fontenoy Foundation !

Je découvre toutes
ses actualités

Close