« Un tsunami de plastique » pour sensibiliser à la pollution plastique

Par l'équipe Oneheart, le 06 mai 2019
  • 0 points d’impact

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Le 22 avril, nous célébrions en France et au Québec, le Jour de la Terre, une journée qui a pour objectif de nous sensibiliser, citoyens, aux dangers qu’encourt notre planète si nous ne repensons pas nos modes de consommation. A travers l’art, Jean-Paul Ganem nous invite à prendre conscience de l’usage du plastique, véritable fléau environnemental.

 

L’art éphémère pour sensibiliser aux problèmes écologiques


Originaire de Tunis, Jean-Paul Ganem s’est d’abord lancé dans la peinture avant d'être paysagiste. Fortement inspiré et accompagné par des agriculteurs, il propose un nouveau concept artistique en harmonie avec la nature : le land art. Grâce à des matériaux naturels, des fleurs, des plantes, qui servent de palette à ses oeuvres, Jean-Paul Ganem fait bien plus que de créer de nouveaux paysages : il transforme des endroits longtemps laissés à l’abandon en y créant des lieux de vie, aussi bien dans les milieux urbains que ruraux. Il s’inspire des activités humaines dans le paysage afin de diffuser des messages à la fois puissants et poétiques.


Par ailleurs, chacune de ses oeuvres sont éphémères et évoluent avec le temps, ce qui les distingue de toute autre forme d'art. Comme il l’explique au micro d’ARTE : « Je crois vraiment que l’art n’a pas besoin d’une pérennité dans le temps comme avant. J’essaie de mettre une petite graine dans la tête des gens afin qu’ils voient différemment des lieux qu’ils sont habitués à voir ; c’est cette petite graine au fond qui m’intéresse plutôt que la pérennité de mon oeuvre. J’aime bien le côté « ça vit, ça meurt » ».


La Vague Verte, un projet en collaboration avec le Jour de la Terre


Au début des années 2000, Jean-Paul Ganem rejoint Le Jour de la Terre pour réhabiliter une vieille décharge située en plein milieu de l’île de Montréal. Le projet, intitulé « Jardin des capteurs », avait pour principale ambition de redonner vie à une vieille décharge défigurée par l’intense activité humaine et d’inviter le grand public à s’emparer de ce nouveau lieu de vie.

 

Jardin-capteurs-ganem-landart

Jardin des Capteurs, Montréal, 2000-2002. Crédit photo : Jean-Paul Ganem


Dans la continuité et pour cette nouvelle édition du Jour de la Terre qui se prolonge jusqu’au début de l'été, Jean-Paul Ganem voit grand. Il souhaite à travers sa nouvelle création, intitulée « La Vague Verte », surprendre et questionner et surtout « toucher les gens ». Cette dernière, en collaboration avec la Mairie de Montrouge (Ile-de-France) s’inscrit dans les Inspirations Végétales du Jour de la Terre qui mêlent art, verdissement et agriculture urbaine. Elle s’inscrit également dans les débats actuels puisqu’elle traite de la pollution plastique.


La pollution plastique représentée à travers un « tsunami »


Le 22 avril, à l’occasion du Jour de la Terre, des centaines de personnes se sont réunies à l’école Jules Guesde à Montrouge pour participer à la création de la Vague Verte. Après avoir récupéré plus de 2000 cagettes et du plastique auprès de Biocoop, les citoyens accompagnés de Jean-Paul Ganem les ont installées dans la cour de l’école pour y semer des graines. Au total, six variétés de salades dont la roquette et les épinards, ont été sélectionnées pour ce projet. Ainsi, chaque cagette représente un carré de couleur différent. Les premiers résultats sont attendus pour début juin. Jean-Paul Ganem espère parvenir à une immense vague de 2,5m de hauteur avec d’impressionnants jeux d’ombres et un effet 3D.


Le projet, baptisé « Tsunami de plastique », s’inscrit dans les événements organisés par le Jour de la Terre et vise à « faire prendre conscience », comme l’explique Jean-Paul Ganem, de l’usage du plastique et les désastres écologiques qu’il engendre. « On ne peut parler d’un projet écologique sans parler des problèmes écologiques ». Les cagettes seront par la suite déplacées sur la place de Emile Cresp Mairie de Montrouge et pourront être admirées le premier week-end de juin à Montrouge lors d’un événement festif. Chacun pourra repartir avec sa cagette et quant à celles qui n’auront pas été distribuées, elles seront données à la Croix rouge et à des associations qui les replanteront dans des jardins partagés.

 

vague-verte-ganem-jour-de-la-terre

La Vague Verte, Jour de la Terre  2019. Crédit photo : Jean-Paul Ganem


Envie d’aller jeter un coup d’oeil à La Vague Verte ?


Le Festival des Inspirations Végétales se tiendra les 1er et 2 juin 2019 sur la place Emile Cresp à Montrouge. Nous vous invitons d’ores et déjà à noter les dates dans vos agendas et d'aller découvrir cette oeuvre qui promet d'être spectaculaire. Rendez-vous sur le site du Jour de la Terre pour plus d’informations. 

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à rendre sa grandeur à notre planète

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir One Heart !

Je découvre toutes
ses actualités

Je postule à ses
offres d'emploi

+25 points

Je participe
à ses événements

+25 points

Je deviens
bénévole

+25 points
Close