« Boy in the ambulance » une photo qui émeut

Par Save The Children, le 18 août 2016

L'impact, Kezaco ?

Vos actions ont de l’impact, et, cumulées, elles ont le pouvoir de changer le monde.

A chaque fois que vous fermez le robinet en vous brossant les dents, que vous choisissez de prendre votre vélo plutôt que votre voiture parce qu’il fait beau, que vous relayez une pétition en ligne pour aider les victimes d’une catastrophe naturelle, vous contribuez, à votre échelle, à un monde meilleur.

Grâce à son compteur, OneHeart mesure l’impact de chacun.e des causes, événements, spots, actualités et acteurs qui se trouvent sur la plateforme : plus vous lisez, regardez, partagez, commentez les contenus sur OneHeart, plus vous augmentez leur impact en les diffusant autour de vous.

Alors, qu’attendez-vous ?

Close

Il s'appelle Omran Daqneesh, il a 5 ans et comme des milliers d'enfants syriens, il est une des victimes collatérales du conflit qui détruit son pays depuis 2011.

La photographie de cet enfant ensanglanté, couvert de poussière, assis dans une ambulance dans les faubourgs d'Alep, suscite l'émotion et l'indignation depuis ce matin. Mercredi 17 août, lui, ses deux frères et sœurs et sa famille ont été retrouvés dans les décombres de leur maison bombardée par une frappe militaire. L'image de ce petit garçon blessé à la tête, le regard abattu et visiblement sous le choc symbolise l'horreur de cette guerre civile.

 

Symbole du chaos

Selon le « Telegraph », Omran et 7 autres personnes, dont 4 autres enfants, ont été transportés à l'hôpital M10, situé à l'est d'Alep, puis soignés pour leurs blessures. Dans la journée de mercredi, le correspondant du "Telegraph" a posté une photo montrant l'enfant avec un bandage à la tête : "Il s'appelle Omran Daqneesh, il a 5 ans. Le voici après avoir été pris en charge par des médecins extrêmement courageux [...]. Cette photo, c'est le quotidien à Alep", écrit le journaliste sur Twitter. Nous n'avons pas plus d'informations sur ce qu'il est advenu des membres de sa famille.

La ville d'Alep, ancienne capitale économique du pays divisée en quartiers rebelles à l'est et quartiers pro-régime à l'ouest, est un enjeu majeur de la guerre qui ravage la Syrie depuis plus de 5 ans. Mardi, au moins 19 civils, dont trois enfants, ont été tués dans des frappes aériennes intenses sur deux quartiers du secteur rebelle d'Alep, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

 

Se mobiliser pour venir en aide aux enfants victimes

Selon l'UNICEF, 13,5 millions de personnes ont besoin d’une aide vitale d’urgence en Syrie, dont 6 millions d’enfants : « L’enlisement de la guerre, d’une rare violence, traumatise les populations contraintes soit à vivre dans la terreur, soit à se déplacer à l’intérieur dans le pays ou à se réfugier ailleurs. Dans ce contexte de crise humanitaire, l’UNICEF a pour objectif de protéger les enfants de toute forme de violence, de mauvais traitement et d’exploitation et de fournir soins et éducation.».

Présente dans plus de 150 pays dont la Syrie, l'agence de l'ONU parvient à apporter son soutien à des millions de personnes à l’intérieur du pays et dans les pays voisins, dans 4 domaines prioritaires qui sont l'eau et l'hygiène, l'éducation, la protection des enfants et la santé.

C’est à travers une campagne de sensibilisation comme « No Lost Generation » que l’UNICEF insiste sur l’importance du retour à la scolarité pour ces millions d’enfants afin qu’ils ne deviennent pas une génération perdue, « La scolarité est essentielle pour leur permettre de retrouver une certaine normalité. ».

 

Save the Children s’engage partout dans le monde pour que les droits de l’enfant soient appliqués : « Nous sommes convaincus que des enfants qui grandissent chez eux et dans le cadre de leur communauté sociale sont plus en sécurité. C’est la raison pour laquelle nous nous battons pour la protection des enfants et soutenons les familles, les autorités locales et les gouvernements nationaux dans leurs efforts pour offrir l’assistance nécessaire et la protection appropriée aux enfants dans leur propre famille.

Nous fournissons aux enfants des soins médicaux, de la nourriture, une éducation et une protection, quel que soit leur sexe, leur origine ou leur croyance. Nous luttons contre l’exploitation, les abus et le mépris dont ils sont victimes. ».

Une réaction ? Rejoignez la conversation

Votre dose d’engagement hebdo

Chaque semaine, recevez le meilleur
de One Heart dans votre boite email.

En lisant cet article, je contribue à bannir toutes les misères du monde

Vous aimerez aussi...

Top impact

JE PASSE À L'ACTION

Tous les moyens sont bons pour soutenir Save The Children !

Je découvre toutes
ses actualités

Close