Une centaine de baleines sont emprisonnées illégalement au large des côtes russes

Publié le 15 février 2019 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h55)
Par Alexia
Temps de lecture : 2 mins

Une centaine de baleines sont actuellement enfermées dans des cages aux larges des côtes russes en attendant d’être revendues au marché noir à des parcs à thèmes chinois.

Un trafic illégal de baleines pour des parcs à thèmes 

D’après le journal indépendant russe Novaya Gazeta, onze orques et plus d’une centaine de bélugas ont été capturés et emprisonnés par des entreprises privées souhaitant s’enrichir en revendant les animaux à des parcs aquatiques en Chine. La journaliste Masha Netrebenko a dévoilé des images filmées au drone au-dessus de la baie de Nakhodka en Russie où sont enfermées les baleines. Une enquête a été ouverte, mais selon le journal, quatre entreprises seraient impliquées dans ce trafic illégal : LLC Oceanarium DV, LLC Afalina, LLC Bely Kit et LLC Sotchi Dolphinarium.

Des conditions de captivité intolérables

Greenpeace a également diffusé les images dans une vidéo dénonciatrice et lancé une pétition (en allemand). Les animaux sont gardés en captivité dans des conditions intolérables : leurs cages à ciel ouvert les empêchent de se mouvoir correctement et on les transporte de cage en cage à l’aide de grues. Ces mammifères marins très sociaux ont besoin d’espace et sont habitués à vivre avec leurs pairs. En janvier, un premier comité d'experts a pu se rendre sur place pour inspecter les lieux (officiellement baptisé « centre d'adaptation ») et ont pu constater les dégâts infligés aux spécimens détenus : lésions cutanées, fissures de la peau... Les animaux souffrent de leurs conditions de détention.

En plus des dommages physiques et psychologiques sur les animaux, c’est toute l’espèce qui est menacée par ce trafic illégal. Bien qu’elle ne soit pas encore inscrite parmi la liste des espèces menacées, la situation pourrait vite empirer : « En les capturant à ce rythme, nous risquons de perdre toute notre population d'orques » s’inquiète Organes Targulyan, de Greenpeace Russie.

L'exportation d'orques à des fins commerciales est totalement illégale : ces animaux ne peuvent être gardés en captivité qu'à des fins scientifiques, éducatives ou culturelles. Pourtant, la Chine développe à grande vitesse sa production de parcs aquatiques, ce qui ne fait qu'encourager le marché noir.

Les activistes russes appellent le public à se mobiliser

Des activistes russes élèvent la voix contre cette détention illégale, non sans risque face à la propagande et la pression existantes. Cette oeuvre de l'artiste Demid Sermyagin représentant une nageoire dorsale géante emprisonnée dans la glace a par exemple été installée près de la « prison des baleines », interpellant les automobilistes.

L'association Dolphin Project appelle le public à se mobiliser : « Nous demandons à tout le monde de commencer à écrire des lettres et à téléphoner ! Nous devons être entendus ! Nous devons sauver ces enfants ! Leur situation est critique ! Les orques et les bélugas ne peuvent pas attendre plus longtemps ! ».