Des traces de médicaments retrouvées dans 258 rivières du monde entier

Publié le 21 février 2022
Par Julie MARIE
Temps de lecture : 2 mins
La plus grande étude internationale concernant la pollution par médicaments des rivières de la planète a été récemment publiée. Menée par 127 chercheurs, elle révèle que plus d’un quart des 258 rivières et fleuves étudiés dans le monde recèlent des molécules pharmaceutiques. Un constat qui pourrait avoir des conséquences sur la santé humaine et la biodiversité.

Les rivières du monde entier polluées par des médicaments

Les médicaments font partie du quotidien de nombreuses personnes. Mais une fois éliminés de notre corps, ils polluent les rivières du monde entier. C’est en tout cas ce que révèle un article paru le 14 février 2022 dans Pnas, une revue scientifique pluridisciplinaire américaine. Dirigée par l’Université de York au Royaume-Uni et réalisée par 86 instituts de recherche internationaux, l’étude signale la présence de résidus de médicaments dans les cours d’eau du monde entier. 1 052 échantillons ont été prélevés et analysés dans 258 rivières traversant 104 pays.

Le constat est préoccupant : sur la totalité des cours d’eau analysés, seuls trois ne contiennent pas le moindre résidu médicamenteux : deux en Islande et le troisième dans un petit village du Venezuela. De plus, un quart des sites analysés ont atteint un niveau de pollution jugé dangereux pour les écosystèmes. Ces résultats constituent “une menace mondiale pour l’environnement et la santé humaine” d’après l’étude.

Une plus forte concentration de médicaments dans l’eau des pays en développement

Les résidus de médicaments se retrouvent dans les rivières "par les urines et les matières fécales", explique l'étude. Ils sont ensuite rejetés dans les eaux usées qui se déversent dans les rivières. Par conséquent, les zones en voie de développement qui ne bénéficient pas de stations d'épuration d’eau efficaces, sont plus touchées par cette pollution comme l’Amérique du Sud, l’Asie du Sud et l’Afrique subsaharienne.

La pollution des eaux par des médicaments pourrait être majoritairement dangereuse pour la biodiversité aquatique. Une fois dans l’eau, les molécules chimiques restent actives et ont des répercussions sur la croissance, la reproduction ou encore sur la mortalité des poissons et de l'ensemble de la faune et la flore aquatique. Les chercheurs alertent sur l’importance d’agir en développant un réseau de stations d’épuration dans les pays peu développés. Ils insistent également sur l’importance de réduire notre consommation de médicaments au strict nécessaire pour limiter la production de déchets et de médicaments périmés.