Stop au plastique : un jeune Indonésien invente le sac qui peut se boire

Publié le 13 février 2017 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h54)
Par One Heart
Temps de lecture : 2 mins

Alors que le plastique envahit durablement nos mers et nos terres, un entrepreneur Indonésien a trouvé une alternative prometteuse : le sac à base de manioc, entièrement biodégradable et non toxique. Tellement sain, qu'il peut se boire...

"Moi qui suis passionné de plongée et surfeur, je me retrouve face à cette pollution de matières plastiques sous mes yeux", raconte Kevin Kumala. Excédé par ce fléau, le jeune Indonésien a décidé d'agir. Il a fondé une société qui fabrique des sacs à base manioc, une racine tropicale comestible qui se dégrade rapidement et ne génére aucun résidu toxique.

Pour le prouver, l'entrepreneur diplômé de biologie donne de sa personne. Il prend une partie d'un sac en manioc, le met dans un verre d'eau chaude, attend qu'il se dissolve et en boit quelques gorgées. De quoi donner "de l'espoir aux animaux marins. Ils n'étouffent plus ou n'ingèrent plus de matières qui peuvent être dangereuses" affirme Kevin Kumala. 

Bientôt plus de plastique que de poissons ?

L'initiative du jeune entrepreneur est bienvenue alors que l'Indonésie est, après la Chine, le pays qui rejette la deuxième plus grosse quantité de plastique dans l'océan. Cette accumulation de déchets, qui met plusieurs centaine d'années à se dégrader, provoque la mort d’espèces marines et augmente le risque d’inondations.

Le problème va d'ailleurs bien au-delà de l'archipel. Au niveau mondial, les océans pollués contiendront bientôt plus de plastique que de poissons si des mesures ne sont pas prises d'urgence, avaient averti 40 des plus grands groupes industriels mondiaux en marge du forum de Davos, en janvier dernier. 

Espérons que cette effrayante prédiction fera réagir les autorités du monde entier. Rappelons que la France a déjà pris des mesures positives. Depuis janvier 2017, les sacs en plastique sont totalement bannis des commerces.

Photo : capture Facebook via Gary Bencheghib