Pourquoi les violences faites aux femmes augmentent-elles pendant la Coupe du monde ?

Publié le 10 juillet 2018 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h55)
Par One Heart
Temps de lecture : 2 mins

Par Sahba, qui se rebelle

 

La coupe du monde a débuté il y a à peine un mois et le monde entier est euphorique. Chaque pays attend son équipe nationale avec une impatience non feinte. Mais l’envers du décor est moins glorieux.

Une association anglaise expose les violences conjugales durant la coupe du monde à travers une série de photos choquantes et évocatrices.

 

Les violences conjugales s'accroissent pendant la Coupe du monde :


Selon une étude anglaise publiée en 2014 et menée durant les Coupes du monde de 2002, 2006 et 2010, les chercheurs ont conclu que les violences conjugales sont en forte hausse lorsque l’équipe d’Angleterre dispute un match pendant cette compétition internationale. Cette étude est fondée sur le nombre de plaintes enregistrées par la police du comté de Lancashire.

Ainsi,

  • lorsque l’équipe anglaise est victorieuse ou fait un match nul, les violences ont tendance à progresser de 26% par rapport aux jours sans matchs.
  • Les chiffres sont bien différents lorsque la même équipe vient à perdre puisque ces violences augmentent de 38%.
  • si le match se déroule le week-end, la progression est ahurissante puisque les violences atteignent 43% les samedis et 51% les dimanches.


La Coupe du monde n’est pas la seule raison de ces violences :


Le Mondial ne peut expliquer toutes ces violences conjugales. Plusieurs facteurs entrent en jeu à l’instar de l’alcool et la mauvaise gestion des émotions.

Ainsi, Stéphanie Vallée, présidente de L’R des centres de femmes du Québec, qui vient en aide aux victimes de violence conjugale explique à ce propos “On parle d’hommes qui ont déjà un potentiel de violence à l’intérieur d’eux. Quand leur équipe joue il y a cette idée de masculinité et de rivalité, l’alcool n’aidant pas, ils se désinhibent complètement et perdent toute notion de responsabilité.

Comme l’évoque parfaitement Stéphanie Vallée, il y a “cette idée de masculinité” maladive qui s’exprime toujours à travers le sport pour certains hommes. Ce qui résulte par un environnement propice aux violences conjugales. Les chercheurs affirment même que le nombre de femmes victimes de ces violences est encore sous-estimé puisque celles-ci ne vont pas systématiquement rapporter les abus qu’elles ont subi aux policiers. Ils estiment qu’en 2016, sur 1,9 millions de victimes, seulement 1,1 millions ont déclaré les faits.


Faire prendre conscience avec une campagne de sensibilisation :


Depuis une semaine, on voit un peu partout cette image d’une jeune femme avec la croix de Saint-Georges ensanglantée sur sa bouche avec les inscriptions suivantes “Si l’Angleterre est battue, elle aussi.

C’est la nouvelle campagne de prévention que l’association anglaise National Centre for Domestic Violence a créé en collaboration avec l’agence J. Walter Thompson. Une série de clichés évocateurs souhaitant sensibiliser le plus de personnes possibles et diminuer les violences domestiques.