Pour protéger les coraux, la Thaïlande décrète l'interdiction des crèmes solaires chimiques

Publié le 12 août 2021 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h55)
Par One Heart
Temps de lecture : 2 mins

Mercredi 4 août 2021, la Thaïlande a instauré un décret visant à interdire les protections solaires dans leurs parcs nationaux dans le but de protéger les coraux. Ces derniers sont victimes des substances chimiques présentes dans les crèmes qui peuvent favoriser leur blanchissement.

 

Une amende de 3 000 dollars envisagée pour les coupables de cette infraction 

Une grande partie des récifs coralliens du monde ainsi que les coraux présents sur des sites touristiques sont en danger. Fragiles, les coraux sont très vulnérables aux toxines telles que l'oxybenzone, l'octinoxate, le 4-methylbenzylidene camphor et le butylparaben. Ces dernières subtances, présentes dans les protections solaires, permettent de protéger la peau des UVA et UVB mais aussi de stopper la production de germes. Si elles sont utiles et nécessaires pour les humains, elles peuvent se révéler très toxiques pour les coraux. 

En effet, ces subtances peuvent favoriser leur blanchissement et ralentir leur reproduction. Pour lutter contre ces détériorations et endiguer la disparition des coraux, qualifiés d' "espèces en danger" par le Fonds mondial pour la nature, la Thaïlande a pris la décision d'interdire les crèmes solaires composées de substances chimiques dans ses parcs nationaux marins. Mercredi 4 août, le pays a fait entrer en vigueur un décret et tient à prévenir les potentiels contrevenants. Une amende de 100 000 bahts thaïlandais, soit l'équivalent de 3 000 dollars, pourrait être appliquée pour tout manquement à la règle. 

Favoriser l'utilisation de crème solaire naturelle et respectueuse de l'environnement

Pour s'exposer au soleil en protégeant à la fois notre peau et l'environnement, il faut prendre soin de regarder la composition des crèmes solaires. Ces dernières sont généralement composées de substances parfois cancérigènes et notamment de filtres chimiques. Les protections solaires qui contiennent de l'alcool, du parfum, des nanoparticules de carbone, de titane ou encore d'aluminium, sont à proscrire. Elles sont toutes aussi nocives pour l'environnement que pour l'homme. Pour les remplacer, il faut privilégier les filtres minéraux, plus naturels, et favoriser l'utilisation d'écrans solaires respectueux de l'environnement comme la vitamine E, les huiles essentielles et les ingrédients d'origine naturelle. 

 

Par Léa Bourgoin