Le site fait peau neuve ! On espère qu'il vous plaira !

Non-voyants, ces deux amis de 70 ans parcourent 1 100 km en tandem pour la bonne cause

Publié le 9 juillet 2021 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h55)
Par One Heart
Temps de lecture : 2 mins

Pour fêter leurs 70 ans, Jean-Paul Imbert et Robert Minet, passionnés de cyclisme et tous deux non-voyants, se sont lancés un défi sportif : le Septuaraid. Ce dernier consiste à parcourir les 1 100 km qui séparent les villes de Namur et Gordes, du 24 mai 2021 au 4 juin 2021. Jean-Paul Imbert, l'un des deux instigateurs de cette initative, nous parle de cette aventure sportive, entre la Belgique et la France.

 

Un défi sportif pour inciter les personnes non-voyantes à sortir et faire du sport

L’idée du Septuaraid est née d'une rencontre entre Jean-Paul Imbert et Robert Minet. Tous deux non-voyants, ils ont voulu, pour célébrer leurs 70 ans, jumeler leurs deux clubs, celui du Cyclocœur de Namur en Belgique et celui du cyclo tandem AVH Vaucluse à Avignon. Leur démarche a finalement pris de l’ampleur et est allée beaucoup plus loin. En effet, ils ont voulu se lancer un défi sportif : parcourir les 1 100 km qui séparent leurs villes d’origine, Namur et Gordes, du 24 mai 2021 au 4 juin 2021. « On s’est dit : Pourquoi pas faire ça et faire une cagnotte afin de récolter des fonds pour nos clubs ? », raconte Jean-Paul. Leur défi a été très largement soutenu par l'association Valentin Haüy, qui défend notamment l'accès aux activités sportives pour les personnes en situation de déficience visuelle. Pour donner davantage d'ampleur à leur projet, ils ont mis en place une cagnotte sur HelloAsso dans le but d'assurer la maintenance du matériel existant et de financer de nouveaux tandems pour leurs amis déficients visuels.

 

Image des cyclistes voyants et non-voyants lors d'une des étapes du Septuaraid 2021 (©CycloTandemVaucluse/LeSeptuaraid)

 

Pour mettre en place ce projet, Jean-Claude Bardoz, en charge de la logistique, a réalisé le tracé du trajet entre les deux villes, "le plus direct possible en passant par des pistes cyclables". Tout cela a ensuite été transféré sur un GPS afin d’évaluer les dénivelés et les éventuelles difficultés. Il a fallu ensuite trouver des hébergements à chacune des étapes de 100 km. « Nous étions deux tandems, c’est-à-dire deux non-voyants et deux pilotes voyants, Philippe Mosselmans et Bernadette Leroux. Une personne nous suivait en voiture avec nos bagages à l’intérieur et s'occupait aussi de la logistique », dévoile Jean-Paul. Après leur arrivée, le 4 juin dernier, Jean-Paul nous explique avoir ressenti un sentiment de fierté et un bonheur immense. À travers cette action sportive, les deux amis ont voulu démontrer que malgré le fait d’être en situation de handicap et âgé, il était possible de réaliser des exploits sportifs et ce, à n’importe quelle échelle. « On voulait inciter les personnes malvoyantes ou non-voyantes à sortir de chez elles, à faire du sport ! », conclut Jean-Paul.