Le site fait peau neuve ! On espère qu'il vous plaira !

La championne olympique Allyson Felix s'engage pour le droit des athlètes mères

Publié le 6 septembre 2021 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h55)
Par One Heart
Temps de lecture : 3 mins

Au-delà de ses exploits olympiques à l’athlétisme, l'américaine Allyson Felix est aussi une femme engagée. Maman d'une petite fille en 2018, elle a décidé d'élever sa voix cette même année pour dénoncer son ancien sponsor Nike et sa politique post-grossesse dont elle a été victime. 

 

En 2018, elle dénonce la politique post-grossesse de Nike 

À 35 ans, Allyson Felix est une athlète américaine de haut niveau performant au 100 mètres, 200 mètres et 400 mètres en athlétisme. Du 23 juillet au 8 août 2021, elle a participé pour la 5e fois, aux Jeux olympiques au cours desquels elle a remporté 1 médaille d’or au 4 x 400 mètres femmes et 1 médaille de bronze au 400 mètres. Au total, Allyson Felix a remporté 11 titres olympiques dans toute sa carrière, ce qui fait d’elle l’athlète ayant le plus de titres de l’athlétisme olympique. Après s’être concentrée sur sa carrière sportive et olympique, Allyson Felix a décidé d’écrire un nouveau chapitre de sa vie privée.

En 2018, elle donne naissance à sa fille, Camryn, née prématurée. Si cet événement aurait pu être sa plus belle victoire, il a finalement posé problème du côté de son sponsor de l’époque, Nike. En effet, ce dernier avait décidé de baisser sa rémunération de 70 % en raison de sa grossesse. Dans son contrat, se trouvait une clause de performance qui partait du principe qu’une athlète, dans l’année suivant son accouchement, était moins compétitive et performante. Dès lors, Allyson Felix a adressé une tribune incisive dans le New York Times pour dénoncer la politique post-grossesse de la société américaine.

 

Un engagement déterminé auprès des femmes

Dans cette tribune publiée dans le New York Times, la championne olympique révèle qu’à l'époque, elle était consciente que sa grossesse pouvait être "le bisous de la mort" dans son milieu, c'est-à-dire que cet événement pourrait fragiliser voir détruire sa carrière dans son ensemble. « J'ai ressenti une pression pour reprendre la route de l’entraînement le plus tôt et le plus vite possible après la naissance de ma fille en novembre 2018 même si j'ai finalement dû subir une césarienne d'urgence à 32 semaines en raison d'une grave pré-éclampsie qui menaçait ma vie et celle de mon bébé », dévoile Allyson Felix dans sa tribune. Elle explique aussi s’être sentie trahie par l'une des femmes de l'entreprise qui lui avait promis que "son engagement auprès d'eux permettrait d'aider les femmes à devenir indépendantes". « Ma déception ne concerne pas seulement Nike, mais la façon dont l'industrie du vêtement de sport dans son ensemble traite les athlètes féminines », précise Allyson Felix.

Depuis, la championne a quitté son équipementier et a créé sa propre marque "Saysh". Cette dernière est conçue spécifiquement par des femmes et pour des femmes afin de répondre aux besoins quotidiens de celles-ci en matière de confort. Pour aider les femmes sportives et mamans, Allyson Felix a décidé de créer une subvention de garde d'enfants à hauteur de 200 000 dollars. « En tant que maman et athlète, je connais les obstacles auxquels sont confrontées les femmes. Je voulais travailler avec Athleta (son sponsor actuel) et la Women’s Sports Foundation pour franchir une étape importante dans le soutien des athlètes féminines, à la fois sur et en dehors du terrain, en offrant une aide financière pour la garde d'enfants aux mamans-athlètes se rendant à Tokyo », a-t-elle dévoilé. 

 

 

Par Léa Bourgoin