Jour du dépassement de la Terre : et si la protection des forêts pouvait le retarder ?

Publié le 5 mai 2022
Par Lola ENGELMANN
Temps de lecture : 2 mins
Si toute la population mondiale consommait comme les Français, il faudrait plus de 2 Terres pour subvenir aux besoins des habitants. Aujourd’hui, le 5 mai nous avons atteint ce que l’ONG World Wide Fund for Nature (WWF) a baptisé “la journée du dépassement”. On vous explique tout sur ce jour (assez inquiétant).
jour-du-dépassement-2022-France

C'est quoi le jour du dépassement ? 

Depuis les années 70 et ce, tous les ans, l’ONG WWF et Global Footprint Network calculent ce qu’on appelle “le jour du dépassement”. Ce jour surgit lorsque l’activité humaine dépasse les capacités de renouvellement en termes de ressources naturelles de la Terre appelée aussi la “biocapacité”. En bref, la “biocapacité”, c’est la capacité qu’a notre écosystème à se régénérer, c'est-à-dire à absorber les déchets et produire en continue des ressources. En 2017, l’humanité avait déjà puisé 173 % de la biocapacité terrestre d’après une étude effectuée par Nature Sustainability. La biocapacité n’est pas exploitée de la même manière selon le pays. Si l’on se base sur la consommation des Français, “il faudrait 2,9 Terres pour subvenir à nos besoins actuels", un fait que la WWF a souligné en ce jour de dépassement. En 2018, on estimait ce jour au 1er août, en 2019 au 29 juillet, des dates qui ne font qu’avancer, excepté en 2020, un des points positifs de la crise du Covid-19…

Comment calcule-t-on le jour du dépassement ? 

Pour définir la date à laquelle se produit le jour du dépassement, les deux ONG à l’origine de ce calcul se basent sur plus de trois millions de données statistiques de 200 pays. À partir des statistiques récoltées, la biocapacité de la planète, calculée en hectares globaux, est divisée par l’empreinte écologique humaine, le tout multiplié par 365 soit le nombre de jours d’une année. Le jour du dépassement varie selon les pays tout simplement car la consommation des ressources n’est pas la même. 

La protection des forêts pourraient retarder le jour du dépassement 

Les forêts sont reconnues pour leur capacité à pouvoir absorber une partie des émissions de gaz à effet de serre mais aussi à en dégager grâce à leurs importantes ressources en carbone. Or, depuis des années, les opérations de déforestation ne cessent de se multiplier (en 2021, la déforestation en Amazonie a augmenté de 20 %).  À ce rythme-là, le réchauffement climatique ne peut que s’accélérer. En continuant à abattre les forêts, on réduit nettement leur biocapacité. Aujourd'hui, les pays de l’Union européenne sont les principaux responsables de la déforestation tropicale ; ils arrivent en deuxième position après la Chine. Il est donc indispensable d’agir contre la déforestation qui détruit les écosystèmes et tenter par la suite de retarder la “journée du dépassement” pour les années à venir.