Le génocide des Ouïghours en Chine reconnu officiellement par l’Assemblée nationale

Publié le 21 janvier 2022
Par Julie Marie
Temps de lecture : 2 mins
L'Assemblée nationale a adopté quasi unanimement le jeudi 20 janvier 2022 une résolution reconnaissant officiellement le génocide en cours au Xinjiang, en Chine. En effet, les Ouïghours, entre torture, exécutions, stérilisation et avortement forcés des femmes, incarcération dans des camps, travail forcé, transfert des enfants vers des internats d’État, subissent un génocide. Les parlementaires estiment désormais qu'il y a bien « intention de détruire, ou tout ou en partie, le groupe Ouïghour en République populaire de Chine » et appellent le gouvernement français à condamner à son tour la situation dans laquelle se trouve cette population.

La France officialise sa reconnaissance du crime que subissent les Ouïghours

Dans la province du Xinjiang, au fin fond du nord-ouest de la Chine, les Ouïghours, minorité musulmane du pays, subissent depuis plusieurs années une persécution ainsi qu’une répression par le pouvoir central chinois. C’est plus d’un million de Ouïghours qui sont concernés, aujourd’hui internés dans des camps, torturés ou encore exécutés. Pourtant, le pouvoir chinois nie toute accusation de ce qui s’apparente à un génocide, prétextant lutter contre le terrorisme. Des organisations de défense des droits de l’Homme comme l'ONG Défenseurs chinois des droits de l'homme accusent la Chine d’avoir enfermé plus d’un million de musulmans dans des camps de rééducation politique, ce que Pékin décrit comme des centres de formation professionnelle destinés à les éloigner de la radicalisation.

Désormais, l'Assemblée nationale française reconnaît dans un texte voté à la quasi unanimité (168 voix contre 1) que les Ouïghours sont bien victimes d'un génocide. Elle appelle le gouvernement français à adopter « les mesures nécessaires auprès de la communauté internationale et dans sa politique étrangère à l'égard de la République populaire de Chine » pour faire cesser cette situation. Avec cet acte, la France rejoint une dizaine d’États comme les États-Unis, le Royaume-Uni, ou encore le Canada qui ont officialisé leur reconnaissance du crime subi par les Ouïghours.

Une résolution qui doit être suivie d'actions

« Viols », « tortures », « enfants arrachés à leurs parents », « prélèvement d’organes »... Le texte établit une longue liste de crimes reprochés au régime chinois à l’encontre de la population ouïghoure. Dorénavant, il faut que cette résolution soit suivie d’actions de la part du gouvernement français et des institutions européennes.

Les États-Unis ont déjà pris certaines mesures contre la Chine, comme l’adoption par Joe Biden le 23 décembre 2021, d’une loi visant à interdire l’importation de produits fabriqués par les Ouïghours exploités. Les produits fabriqués dans la province chinoise du Xinjiang ne peuvent donc plus entrer sur le marché américain, à moins que les entreprises ne soient en mesure d’apporter la preuve qu’ils n’encouragent pas le travail forcé. C’est là une première mondiale qui montre une réelle volonté d’agir des États-Unis.

De nombreuses marques comme Apple, Nike, Adidas, Zara ou encore Bosch sont pointées du doigt, accusées de fermer les yeux sur le travail forcé en place au sein de leurs usines chinoises. Pour consommer écoresponsable, l'application Clear Fashion permet de choisir et de privilégier les marques plus transparentes dont les produits sont fabriqués dans le respect de l'Homme et de l'environnement. Sur leur site, vous pouvez également avec un simple vote, encourager certaines marques à afficher l'impact social et environnemental de leurs vêtements.