Floride : face à une loi homophobe bientôt appliquée dans les écoles, Disney réagit

Publié le 14 avril 2022
Par Anne-Sophie de Monès
Temps de lecture : 2 mins
La loi homophobe surnommée par ses détracteurs "Don’t Say Gay" a été votée par les républicains pour censurer les discussions de genre dans les écoles primaires aux États-Unis. Neutre au départ, le PDG actuel du groupe Disney, Bob Chapek, sous la pression des employés et de la nièce de Walt Disney, Abigail Disney, s’est exprimé pour dire que son entreprise était inclusive.

Interdire les questions d'orientation sexuelle et d'identité de genre à l'école

La loi surnomée "Don’t Say Gay" vise à interdire les questions d'orientation sexuelle et d'identité de genre à l’école. Elle a pour objectif de décourager les conversations dans les classes de maternelle et de primaire sur ces thématiques, jugées non adaptées au développement des enfants de cet âge. Selon l’équipe gouvernementale, l’intention est principalement de tenir les parents au courant et impliqués dans l'éducation de leurs enfants et de ne pas laisser les enseignants animer ces discussions. La communauté LGBT craint que cette loi puisse par ailleurs être prolongée jusqu’au lycée.

Adoptée le mardi 8 mars par le Sénat de Floride, majoritairement républicain, elle a été validée par le gouverneur Ron DeSantis le 29 mars pour entrer en vigueur à partir de juillet 2022.

Entre "déception et inquiétude", Disney réagit à la loi homophobe 

Alors que le complexe Walt Disney World est le premier employeur en Floride avec environ 75 000 personnes dont une grande communauté LGBT, la direction du groupe a mis un certain temps à réagir à cette loi contreversée. Sous la pression des représentants du personnel LGBT et d'Abigail Disney (petite-fille de Roy Disney, co-fondateur de la société avec son frère Walt), le président du groupe, Bob Chapek est sorti de son silence en s’excusant. Il a alors promis « d'user de [leur] influence non seulement pour promouvoir des histoires inclusives, mais aussi pour défendre les droits humains ». 

Le 9 mars, lors de l'assemblée générale annuelle des actionnaires, Disney a annoncé un don de 5 millions de dollars à des associations pro-LGBT. Suite à cela, il a déclaré avoir exprimé au gouverneur de Floride, Ron DeSantis, "la déception et l'inquiétude" du groupe face à une loi qui « pourrait être utilisée pour cibler injustement les enfants et les familles gays, lesbiennes, non binaires et gays », selon le Los Angeles Times.

Cette polémique intervient quelques semaines avant la sortie du prochain Pixar (racheté par le groupe Disney en 2006) en juin 2022, Buzz l’Éclair, dans lequel un bisou entre deux personnes du même sexe apparaîtra pour la première fois dans un film d’animation du studio.