Environnement : le réchauffement climatique menace le bassin méditerranéen

Publié le 19 novembre 2020 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h55)
Par One Heart
Temps de lecture : 2 mins

Un rapport sur l'environnement, dévoilé mercredi 18 novembre, dresse un bilan alarmant concernant l'état du bassin méditérranéen. Le réchauffement climatique et la pollution pourraient être deux menaces sérieuses pour la santé de la population. 

L'avenir de la Méditerranée à un point de bascule 

Plan Bleu, organisme travaillant au sein du programme des Nations Unies pour l'environnement, a révélé que l'état du bassin méditerranéen était critique et pourrait mettre "en danger la santé et les moyens de subsistance" de la population. Dans leur rapport publié mercredi 18 novembre, Plan Bleu révèle que les vagues de réchauffement climatique mais aussi la pollution causée par les activités humaines, sont à l'origine de cette situation.

La zone méditerranéenne est particulièrement sensible aux changements climatiques et se réchauffe "20% plus vite que la moyenne". « L'avenir de la Méditerranée est à un point de bascule » a souligné François Guerquin, directeur de Plan Bleu. Les conséquences sont terribles pour le niveau de l'eau qui pourrait augmenter plus rapidement de 3 cm tous les dix ans alors qu'entre 1945 et 2000, il augmentait seulement de 7 milimètres.

Le plastique, véritable fléau des eaux 

730 tonnes de plastique sont présentes dans les eaux de la Méditerranée, ce qui fait de cette mer, « l'une des zones les plus touchées par les déchets marins au monde » précise le rapport de Plan Bleu. Les associations et organismes de protection de l'environnement comme Wings of the ocean qui s'engage à dépolluer les côtes, les littoraux et les fonds marins, ne cessent chaque année d'alerter sur les dangers de la pollution sur les eaux mais aussi sur la population à travers des campagnes de sensibilisation : « Chaque minute, 18 tonnes de plastiques sont déversées dans les océans. Cette pollution affecte les éco-systèmes marins qui produisent plus de 50% de l'oxygène que nous respirons. Il faut agir et vite », écrit l'association Projet Azur qui milite pour des eaux propres sans pollution.

Si tout cela provoque d'importants dégâts environnementaux sur la mer, cela a aussi un impact sur la santé des citoyens. "15 % des décès sont liés à des facteurs environnementaux modifiables", écrit le rapport. Ce dernier appelle, en conclusion, à de réels changements et modifications vis-à-vis de l'environnement, et ce dans tous les domaines alors que les principaux moteurs des pressions et dégradations croissantes sont "les modèles de production et de consommation."

 

Par Léa Bourgoin