Des tests de dépistage du VIH en vente libre dans les pharmacies .

Publié le 15 septembre 2015 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h54)
Par One Heart
Temps de lecture : 2 mins

Des tests pour dépister le sida ont été mis en vente  libre, ce mardi 15 septembre.

 "Il est équipé d’une aiguille rétractable et d’une lingette pour désinfecter le bout de son doigt. L’appareil va prélever une goutte de sang et l'analyser. Il faut ensuite patienter 15 minutes avant d'avoir le résultat", explique Catherine Rumeau-Pichon, adjointe du directeur à l’évaluation médicale, économique et en santé publique à la Haute Autorité de Santé (HAS).

Si deux barres s'affichent, ce test est négatif, une barre, c'est positif. À noter qu'une compresse et un pansement figurent également dans ce kit, ainsi qu'une boite pour y jeter les déchets. L'autotest sera vendu sans ordonnance et coûtera entre 25 et 28 euros. 

Ce test à usage unique ne fonctionne que si l'infection remonte à "au moins trois mois", précise Isabelle Adenot, qui préside l'Ordre national des pharmaciens.
Si vous souhaitez effectuer un test "moins de 48 heures après le rapport à risque, il est recommandé de se rendre dans un service hospitalier. En trois et six semaines, il existe le test Elisa qui est remboursé par la Sécurité socialeet au-delà de trois mois, ce nouveau dépistage est fiable. Il est considéré comme un dispositif médical CE". Catherine Rumeau-Pichon souligne cependant que ce test ne doit en aucun cas "être un prétexte pour avoir un rapport non-protégé".

Le principal point de discorde de ce nouveau test de dépistage concerne sa réalisation, seul chez soi. Une ligne spéciale gratuite où l'anonymat est respecté, Sida Info Service (0 800 840 800) est ouverte sept jours sur sept et 24 heures sur 24. "Des spécialistes peuvent ainsi répondre à toutes les questions. Ce numéro est clairement spécifié dans la notice d'utilisation du test", explique l'adjointe du directeur à l’évaluation médicale, économique et en santé publique à la Haute Autorité de Santé (HAS).

L’enjeu n’est pas mince. Nombre de personnes échappent au dépistage en France. Sur les 150 000 personnes vivant avec le VIH aujourd’hui, environ 20 %, soit 30 000 personnes, ignorent leur séropositivité. Conséquence : le nombre de nouvelles contaminations atteint 7 000 à 8 000 personnes chaque année. « Il faut trouver de nouvelles manières de favoriser les dépistages », indique Marisol Touraine, la ministre de la santé, pour qui cet autotest doit servir à « aller vers les populations moins réceptives aux outils classiques de prévention ».

source AFP.