Des "gestes barrières climat" pour réduire notre empreinte écologique

Publié le 24 juin 2020 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h55)
Par One Heart
Temps de lecture : 2 mins

Le confinement a permis de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre (GES), mais de façon temporaire. Pour atteindre les objectifs de neutralité carbone fixés par la loi, il faudrait, chaque année, adopter une période d'arrêt des activités mondiales, similaire à celle du Covid-19. En attendant des actions de la part des gouvernements, le Collège des Directeurs du Développement Durable (C3D) a lancé l’idée de "gestes barrières climat".


Des "gestes barrières climat" pour sauver des vies 


Depuis le début de la pandémie, les Français ont appris à appliquer les gestes barrières pour limiter la propagation du coronavirus et ainsi sauver des vies. Sur le même modèle, le Collège des Directeurs du Développement Durable a lancé l’idée de 8 "gestes barrières climat" pour protéger les autres et sauver des vies, en réduisant ses émissions de gaz à effet de serre. 


Ces gestes barrières climat sont basés sur des recommandations scientifiques du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat). « Ils sont conçus pour être simples, génériques, universels et pertinents. » précise le C3D. Certains sont destinés aux entreprises et d'autres aux citoyens. Voici quelques exemples des gestes climatiques citoyens : "manger de la viande occasionnellement", "résister aux achats compulsifs et préférer le réemploi au recyclable ou au jetable", ou encore "renoncer autant que possible à l’avion".

©cddd.fr

 

Des gestes qui s’appliquent aussi bien aux citoyens qu’aux entreprises


« Sans mobilisation générale et immédiate des populations et des entreprises il est désormais illusoire d’espérer contenir le réchauffement climatique dans des limites qui permettraient de préserver la Vie, c’est-à-dire la vie des humains sur l’ensemble des territoires. » alerte l’association C3D. 

 

Les entreprises ont cependant un plus grand rôle à jouer dans la réduction des émissions de GES. En effet, selon l’association, les changements de comportements citoyens pèsent pour seulement 25 % des émissions totales d'un pays, l’énorme part restante correspondant aux émissions des entreprises. Ces dernières ont donc des gestes barrières climat bien à elles telles qu'"établir une stratégie climat compatible avec l’accord de Paris (+ 1.5°)" ou bien "choisir des fournisseurs qui proposent des produits ou services bas carbone et accompagner sa chaîne de valeur".

©cddd.fr

 

Par Chloé Sappia