Cette photographe nous fait changer de regard sur les personnes sans-abri

Publié le 26 avril 2019 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h55)
Par Alexia
Temps de lecture : 3 mins

À Caen, cette photographe a monté une exposition touchante : pour mettre en valeur le changement de regard que l’on peut porter sur une personne, elle a photographié des sans-abri avant et après un relooking.


Un projet de relooking social


Florence Grall est une photographe spécialisée dans les portraits. Chaque jour, son travail est de capturer des visages fiers de poser et d’en faire ressortir le meilleur. Un jour, elle a eu une idée originale : donner l’occasion à des personnes sans-abri de changer de rôle devant son objectif en retrouvant une identité autre que celle d’être à la rue.


Avec une petite équipe, elle a donc construit ce projet de relooking social. “L'idée du projet, c'était de pouvoir montrer cette dignité en chacun. Quand on est sous des couches de vêtements,  mal rasé, pas coiffé, c'est pas le vrai visage de l'être humain qui se trouve derrière" explique Florence.


Des photos pour montrer les visages masqués

Pendant une journée, Florence Grall a donc réalisé deux shooting avec quatorze hommes et femmes ; Michelle, une vieille dame de 71 ans qui passent ses journées dans la rue et ses nuits dans un foyer, Cyril, un ancien prof de sport, mais aussi Cindy, Jean-Jacques aussi appelé “Beko”, Alain…


Une fois les photos mises côte à côte, la différence est frappante : les visages s’illuminent, resplendissent et deviennent fiers à leur tour d’être pris en photo. On ne voit plus seulement des personnes renfrognées avec pour seule étiquette celle d’être sans abri. On voit des proches, des professeurs, des parents, des grand-parents…


« Cela m’a toujours interpellé, je me demande à quoi ressembleraient les personnes les plus démunies si elles étaient rasées de près ou pouvaient prendre une douche tous les jours. Hé bien, à tout le monde ! À notre grand-mère, l’oncle qu’on invite au mariage ou notre amoureux » raconte la photographe.


Aux plus sceptiques qui pourraient croire que les photos de droite ont été plus retouchées ou éclairées que les premières, la photographe assure que la configuration a été exactement la même : c’est bien l’attitude des personnes photographiées qui change. Une fois le visage dégagé et les vêtements lavés, ils retrouvent confiance en eux et sont beaucoup plus volontaires pour montrer leur visage.


Changer notre regard sur la rue 


Bien qu’éphémère, ce projet artistique a su montrer que les personnes sans-abri étaient finalement des personnes comme tout le monde, et que l’on oublie trop souvent de les regarder comme telles. Le temps d’un shooting, Florence Grall a capturé l’identité cachée de chacune de ces personnes et a su leur redonner confiance en eux.


Cette photographe engagée s’inscrit donc dans le combat des artistes et associations qui veulent changer notre regard sur la rue. Le livre Humains dans la rue en 2018 voulait par exemple donner des clés à chacun pour mieux comprendre le monde de la rue, à travers des témoignages et des conseils pour aider efficacement les personnes sans-abri. L’association Entourage veut lutter contre l’isolation et la déshumanisation des personnes à la rue en favorisant le lien social. Autant de solutions pour changer notre regard et notre attitude face au monde de la rue ! 

 

Crédits photo : Florence Grall - droits réservés