Cette ancienne gare à charbon accueillera un lieu dédié au bien manger et la mode éthique

Publié le 12 novembre 2021 (modifié le 26 novembre 2021 à 09h53)
Par Mélanie Appadoo
Temps de lecture : 4 mins
En juin dernier, le collectif Au Fil Du Rail s’est vu remettre les clés d’une ancienne gare à charbon, grande de 700 m2, pour la rénover et l’animer. Dédié principalement à l’alimentation, au textile et à la culture, ce lieu a pour vocation de fédérer tout un chacun autour du bien manger et de multiples pratiques éthiques. Nous avons rencontré Thaïs Brujaille-Latour et Vincent Mermet, tous deux membres du collectif Au Fil Du Rail. Ils nous en disent plus sur ce futur tiers-lieu situé sur la Petite Ceinture de l’est parisien qui ouvrira ses portes d’ici 2023.

12 ans pour redonner vie à une ancienne gare à charbon

En juin 2020, SNCF Immobilier lance son appel à projets "A l’orée de la Petite Ceinture" pour animer une ancienne gare à charbon située au 105 rue Curial, dans le 19e arrondissement de Paris. Très vite, huit structures -la foncière responsable Bellevilles, le cabinet d’architecture Grand Huit, l’association Espace 19, l’école de mode IFA Paris, La Textilerie, la cantine solidaire Mam’Ayoka, l’association Couleurs de Pont-de-Flandre et le Centre Social et Culturel Rosa Parks- se sont unies au sein d’un collectif, pour y répondre. Leur objectif : redonner vie à cet ancien bâtiment industriel en y faisant un véritable lieu de vie. « C’est le programme d’un collectif qui se met au service des habitants de leur quartier, un programme par et pour les habitants du quartier Rosa Parks » précise Thaïs Brujaille-Latour, responsable de projets au sein de la foncière Bellevilles et précisément, en charge de l’exploitation et de la programmation du futur tiers-lieu.


Quelques mois plus tard, le projet proposé par le collectif Au Fil Du Rail -à savoir développer différentes activités autour du textile et de l’alimentation- est retenu par le jury. C’est donc au cœur de la Petite Ceinture de l’est parisien, abritant une biodiversité exceptionnelle, que le collectif Au Fil Du Rail prendra ses quartiers pour une durée de douze ans. Comme l’explique Thaïs, cette vieille bâtisse constitue à l’heure actuelle, une barrière entre la rue Curial et la Petite Ceinture. « Au Fil Du Rail sera la passerelle entre la rue et la Petite Ceinture » ajoute-t-elle. En attendant l’ouverture prévue en 2023, les heureux propriétaires se projettent déjà dans les lieux et réfléchissent à plusieurs façons d’occuper les 700 m2 qui leur sont alloués.

Fédérer le plus grand nombre autour de l’alimentation durable et de la mode éthique

Avec le soutien de multiples partenaires dont des écoles de mode et des professionnels de la restauration, le collectif Au Fil Du Rail ambitionne de déployer de nombreuses activités autour du textile, du réemploi, de l’alimentation durable et de concevoir une programmation culturelle riche et variée ainsi que des ateliers pratiques et écologiques. « Ce sont des pratiques qui parlent à tout le monde, qui transcendent la société, qui sont fédératrices » avance Vincent Mermet, Directeur de l’association d’éducation populaire Espace 19, pour qui ce projet s’inscrit dans la continuité de leurs actions menées depuis plus de 40 dans le 19e arrondissement de la capitale. 

journées-portes-ouvertes-au-fil-du-rail-septembre-2021
De nombreuses personnes présentes aux Journées portes ouvertes organisées par Au Fil Du Rail en septembre 2021
©Maïmara Lawson Bouh-Mana

Outre les diverses activités et les multiples événements qui se tiendront sur place, les porteurs du projet Au Fil Du Rail espèrent que ce lieu soit un lieu fédérateur, mêlant des personnes de toutes origines sociales. « Ce qui me motive le plus, c’est qu’on a la possibilité de faire de ce lieu un lieu où il y a une vraie mixité et où chacun aura sa place » confie Vincent. Pour cela, le collectif entend proposer des prix raisonnables afin que le lieu soit accessible au plus grand nombre : « Il y a toujours une balance entre tout ce qui sera gratuit parce qu’il y a une volonté de faire apprendre en faisant et sur le côté restauration, on fera attention à proposer divers niveaux de prix » rassure Thaïs.

L’émergence de tiers-lieux pour faciliter la rencontre et le faire-ensemble

Partout en France, les tiers-lieux se multiplient, que ce soit dans les domaines de l’innovation, du social, du culturel ou de l’écologie. En 2018, on recensait environ 1 500 tiers-lieux sur tout le territoire dont 316 en Ile-de-France, 222 en Nouvelle-Aquitaine et 200 en Auvergne-Rhône-Alpes. Aujourd'hui, on en compte près de 2 500 et ce chiffre pourrait encore augmenter, selon Patrick Lévy Waitz, Président de la Fondation Travailler autrement et instigateur du rapport réalisé en 2018 sur les tiers-lieux. Bien que les espaces de coworking représentent 76 % de l’ensemble des tiers lieux identifiés, d’autres ne cessent de voir le jour. Il s’agit par exemple de garages solidaires, de fablabs, d’ateliers partagés, de bibliothèques, d’espaces d’exposition, de conciergeries solidaires… Prônant le partage, l’échange, la convivialité et le faire-ensemble, ces lieux reposent avant tout sur une participation collective et contribuent au développement des territoires tant au niveau social qu’au niveau économique. 


À titre d’exemple, on pourrait citer L'Équilibriste à Lyon qui fait office de café-bar-resto affichant une programmation culturelle, Le bistro-bar La Recyclerie à Paris, Sew & Laine spécialisé dans le textile à Bordeaux, Oasis 21 au Parc de la Villette à Paris, porté par l’association Colibris qui met l’accent sur la transition écologique ou Le Château de Nanterre qui offre des espaces de coworking aux professionnels ainsi qu’un potager en permaculture. D’autres, comme Au Fil Du Rail, sont en phase de déploiement. C’est le cas du tiers-lieu de Bellefontaine au sud-ouest de Toulouse, porté par le collectif Les Imaginations Fertiles. Pour Thaïs et Vincent, c’est une bonne chose que de nouveaux tiers-lieux émergent. « Vous venez dans un lieu, vous contribuez à votre façon et vous repartez avec quelque chose » conclut Thaïs.


En attendant l’ouverture du tiers-lieu Au Fil Du Rail, il est possible de suivre de près les actualités récentes liées au projet sur leur page Facebook, de venir rencontrer le collectif et visiter les lieux aux journées portes ouvertes organisées.