Ces chefs étoilés vous invitent à déguster leurs mets à base de déchets alimentaires

Publié le 14 février 2017 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h54)
Par One Heart
Temps de lecture : 2 mins

Montrer qu'il est possible de concocter des mets gastronomiques à base de déchets alimentaires. C'est le défi que vont tenter de relever une vingtaine de chefs multi-étoilés, du 27 février au 2 avril prochain, à Londres. On ne peut que les applaudir !

Sublimer les fânes de radis, réhausser le goût des épluchures de carottes... Ils ont l'habitude des grandes maisons mais les déchets ne les effraient pas. Du 24 février au 2 avril prochain, des chefs ultra-renommés comme Gordon Ramsay, Dan Barber, ou encore Alain Ducasse, se relaieront, dans un restaurant éphémère londonien, pour cuisiner des plats uniquement à base de restes. Au delà du challenge culinaire, il s'agit de montrer qu'il est est possible de créer des mets délicieux à partir d'ingrédients que l'on juge, à tort, immangeables.

A l'initiative, on retrouve en effet Wasted, un collectif de chefs, fermiers, pêcheurs, distributeurs et commerçants qui luttent ensemble contre le gaspillage alimentaire. En 2015, le leader du mouvement, Dan Barber, avait déjà organisé ce type d'événement dans son restaurant new-yorkais le Blue Hill : 10 000 plats avaient ainsi été cuisinés à base d'ingrédients sauvés des poubelles, dont 272 kg de "légumes moches".

Vous souhaitez participer à cette expérience insolite ?

Cette fois, le restaurant ouvrira à Londres, sur le toit-terrasse du Selfridges. L'expérience vous tente ? Vous pouvez réserver votre table. Vous aurez le choix entre un plat gastronomique à 15 livres (environ 17 €) ou un goûter dinatoire à 32 livres (environ 37 €), mais vous ne saurez pas, à l'avance, ce qu'il y a dedans, ni qui sera le chef en cuisine. Selon France inter, Alain Ducasse pourrait être le premier à se mettre aux fourneaux. Et certains assurent que la spécialité britannique cuisinée à base de restes de pommes de terre et de chou, le "bubble and squeak", devrait être de la partie au moins une fois pendant ce mois et demi.

Photo : Alain Ducasse