Cancer du sein : la composition des déodorants de nouveau pointée du doigt

Publié le 20 octobre 2021
Par Mélanie Appadoo
Temps de lecture : 2 mins
Parues début septembre dans la revue scientifique International Journal of Molecular Sciences, deux nouvelles études suisses confirment la dangerosité des sels d’aluminium présents dans les déodorants. Ces derniers détérioreraient les cellules de la glande mammaire humaine et seraient à l’origine des cancers du sein. Heureusement, il existe de nombreuses alternatives naturelles à faire soi-même qui ne présentent pas de risques pour la santé humaine.

Les sels d’aluminium, une substance cancérigène depuis longtemps pointée du doigt

Ce n’est pas la première fois que les chercheurs tirent la sonnette d’alarme sur la dangerosité de certains composants de déodorants. Les sels d’aluminium, qui font office d’anti-transpirant, sont depuis de nombreuses années dans le collimateur des chercheurs. Malgré de nombreuses études et mises en garde, il s’avère que cette substance chimique est toujours utilisée dans la fabrication de déodorants et serait responsable du développement de cancers du sein.


En effet, les sels d’aluminium altèrent l’ADN des cellules de la glande mammaire humaine, notamment sa structuration, et le nombre de chromosomes. Les cellules cancéreuses peuvent aussi apparaître en dehors des glandes mammaires, au niveau des aisselles, là où la peau est plus fine. Selon les chercheurs, les déodorants contenant des sels d'aluminium pourraient donc favoriser l’apparition et le développement de cancers du sein.


Aujourd’hui, Stefano Mandriota et André-Pascal Sappino, membres du groupe de chercheurs de la Fondation des Grangettes, du Centre d’Onco-Hématologie d’Hirslanden Clinique des Grangettes, et de l’Université d’Oxford, sont à l’origine des deux études publiées dans la revue scientifique International Journal of Molecular Sciences et demandent aux industriels de retirer de la vente les déodorants composés de sels d’aluminium qui représentent un véritable risque pour la santé humaine.


Fabriquer son déodorant naturel, une bonne idée ?

Pour Aline Gubri, conférencière, consultante experte en développement durable et auteure du livre Écologique sans me ruiner, il est tout à fait possible de réaliser soi-même son déodorant maison avec seulement 2 ingrédients : l’huile de coco (un excellent antibactérien) et le bicarbonate de soude alimentaire qui joue le rôle d’absorbant et de désodorisant. Sur son blog "Consommons sainement", elle partage sa recette de déodorant en pâte. Elle appelle également à se méfier des étiquettes alléchantes apposées sur les déodorants dans les rayons de supermarché, qui peuvent induire le consommateur en erreur. Pour cela, Aline Gubri n’hésite pas à donner des conseils avisés pour trouver un déodorant naturel et sans perturbateur endocrinien.