Au Nigéria, l'armée sauve 293 femmes des mains de Boko Haram

Publié le 29 avril 2015 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h54)
Par One Heart
Temps de lecture : 1 min

Déjà plus d'un an que le monde entier clamait "Bring Back Our Girls", en soutien aux femmes et filles enlevées par Boko Haram. Aujourd'hui, mercredi 29 avril, 193 d'entre elles ont été sauvées par l'armée. 

"Les troupes ont pris et détruit cet après-midi trois camps de terroristes" a affirmé ce matin le porte parole de l'armée Nigérienne, permettant ainsi la libération de 200 filles et 93 femmes. Il n'est cependant pas encore confirmé qu'il s'agisse des 276 jeunes lycéennes de Chibok, enlevées le 14 mai dernier. Depuis la vidéo diffusée par Boko Haram à la suite de l'évènement, explicitant des mariages forcés et une convertion à l'islam pour les filles, plus aucune nouvelle n'avait été donnée. Depuis, ce sont plus de 2000 femmes qui auraient été enlevées selon Amnesty International, au Nigéria par Boko Haram. 

EN SAVOIR PLUS : Boko Haram, le cauchemar du Nigéria

EN SAVOIR PLUS : Bring Back Our Girl, Malala, Michéle Obama et bien d'autres soutiennent le mouvement 

Lundi 28 juillet, Anne Hidalgo, Maire de Paris, et Valérie Trierweiler avaient inauguré l'exposition éphémère "Bring Back Our Girls", nom du hashtag de soutien lancé sur Twitter dès l'enlèvement des lycéennes nigérianes. En effet, début avril 2014, 220 lycéennes avaient été enlevées par le groupe islamiste Boko Haram.

Sur la place de la République, l'exposition se composait de 220 silhouettes portant chacune un prénom d'une jeune fille enlevéeCes silhouettes sont reliées par des chaînes, afin de dénoncer leur séquestration. Les personnalités présentes ont immédiatement utilisé les réseaux sociaux pour relayer l'information.