Au bout de 15 ans, des bénévoles sont parvenus à reconstituer les coraux détruits au Belize

Publié le 28 mai 2021 (modifié le 20 octobre 2021 à 10h55)
Par One Heart
Temps de lecture : 2 mins

Après son passage au parc national Laughing Bird Caye situé au large des côtes du Belize, en Amérique centrale, la biologiste marine Lisa Carne a réalisé combien les coraux avaient été détruits suite au passage de l'ouragan Iris en 2001. Pendant 15 ans, accompagnée de bénévoles, elle s'est activée à réimplanter tous les coraux. Au total, près de 80 % des coraux sont toujours vivants aujourd'hui.

 

Le Belize abrite la deuxième plus longue barrière de corail au monde

En 2001, l'ouragan Iris a détruit une grande partie des coraux situés au large des côtes du Belize. Suite à cette catastrophe naturelle, la biologiste marine Lisa Carne a décidé de tout mettre en œuvre afin de reconstituer et faire renaître le deuxième plus important récif corallien au monde. Pour cela, elle a entamé une longue recherche de partenaires à grande échelle, durant laquelle elle a essuyé quelques échecs. Mais en 2006, Lisa Carne est parvenue à récolter les fonds nécessaires à la réimplantation des coraux au Belize et a pu entamer son aventure. Dans un premier temps, la biologiste marine a récupéré des morceaux de coraux viables et les a cultivés puis, dans un second temps elle a constitué une équipe de bénévoles motivés pour l'aider dans la transplantation de ces coraux dans la biodiversité. 

 

Fragments of Hope, une ONG pour restaurer les coraux locaux et internationaux

15 ans plus tard, ses efforts et sa détermination sont récompensés puisque 80 % des coraux réintroduits sont toujours vivants, selon les informations récoltées par la chaîne d'information anglaise BBC. Entre 2010 et 2017, la zone recouverte par le récif corallien est passée de 6 % à 50 %. Pour faire perdurer son projet dans le temps et sauver d'autres zones coralliennes, Lisa Carne a décidé de créer, en 2013, son organisation à but non-lucratif Fragments of Hope. Celle-ci propose à des bénévoles, des cours de restauration de coraux locaux et internationaux. L'organisation a déjà pu réimplanter des coraux en Jamaïque et en Colombie. « Quand nous avons commencé, peut-être qu’une ou deux personnes étaient en train de restaurer les récifs. Mais de nos jours, tout le monde le fait. Je plaisante en disant que c’est comme le yoga maintenant. »

 

Par Léa Bourgoin